Livy Etoile

~ Une pincée de rêve, un soupçon de bonheur ~

07 février 2014

Promenade à Giverny, réminiscences de printemps

Si je consens volontiers me traîner un blues carabiné d'octobre à novembre quand les jours diminuent et se parent de gris, automne n'spleen interminable qui m'inspire de trop cyniques mélodies, je redeviens une pile électrique sitôt janvier arrivé. La pâleur, le froid et le vent d'hiver ne sauraient avoir d'emprise sur moi, pourvu qu'ils m'emmènent pas à pas vers des saisons plus clémentes. Chaque petite journée du quotidien devient alors le théâtre d'éclaircies évidentes, de sorties à n'en plus finir, de projets presque sous le soleil et d'une furieuse envie d'aller de l'avant. Tout en prenant son temps. C'est cet optimisme précisément, suffisamment rare pour être mentionné, qui m'a soufflé l'idée de ce billet. Un billet qui se perd dans quelques senteurs printanières et autres errances fleuries, encore lointaines je vous l'accorde, mais suffisamment présentes à l'esprit pour se voir matérialisé ici. Un billet propice à la flânerie. Un billet d'avril qui s'empare de février abasourdi quand raccourcissent les nuits. De la sorte, laissez-moi aujourd'hui vous mener tout droit vers un paradis de verdure impressionniste et intemporel; joli havre de paix à l'élégance surannée où mes souvenirs m'ont déjà guidée mille fois, j'ai nommé Giverny.

 

˜


IMG_4166

 

IMG_4142 

Giverny pourtant, bien plus qu'une simple maison de campagne, s'étend vers l'histoire d'un coup de cœur, d'une intuition, d'une inspiration. L'histoire d'un lieu à créer aussi, et d'un jardin à inventer. L'histoire d'une aura innée. Et surtout l'histoire de Claude Monet. Passionné de jardinage et de botanique, le peintre impressionniste y a vécu pas moins d'une quarantaine d'années, puisant dans son halo de verdure, et par le biais de promenades interminables, quelques un de ses plus beaux tableaux, dont sa fameuse série des Nymphéas qui orne désormais les murs du Musée de l'Orangerie. Au fil des années, le jardin s'est vu transformé et étoffé par ses soins, générant doucement ce paradis de fleurs, de plantes et d'eau tel qu'on le connaît aujourd'hui. Haut en couleurs dans ses variations de saison, il accueille chaque année encore le visiteur curieux ou le touriste nostalgique pour une balade hors du temps. Quant à son entretien, c'est un savoir-faire tout particulier qui se murmure d'oreille de jardinier en oreille de jardinier...
 

IMG_4105

IMG_4186

IMG_4099

IMG_4177

IMG_4157

IMG_4162

IMG_4165

IMG_4146

IMG_4147

IMG_4152

IMG_4130

IMG_4171

 

IMG_4198

IMG_4100

IMG_4181

IMG_4185

La façon dont le jardin est paysagé est assez remarquable en ce sens où elle nous offre un cadre à la fois champêtre et organisé. Au bout de chaque allée, une surprise; et dans le moindre recoin, une sensation de dépaysement. On y croisera volontiers une multitude de rosiers comme une forêt de bambous, paradoxe charmant dont l'étrangeté subjugue. L'esprit cottage succède à une tendance japanisante fortement marquée. Les deux ponts symboliques des Nymphéas notamment, abritent le bassin artificiel que soulignent les nénuphars. Changeant de couleur au fil du temps, ils s'imposent naturellement, bucoliques, de par leur aspect bombé et leur allure végétale à mi-chemin entre la zénitude du jardin japonais et notre flore européenne plus répandue. Les plantes, en nombre conséquent, varient selon les saisons et leur floraison reste un univers rempli de mystère dont la science inexacte rend chaque année unique. Ainsi, mes illustrations prises ici en juin auraient été bien différentes en début d'automne. Tous ces bouleversements pourtant, sont loin d'être le simple fruit du hasard et il est difficile d'imaginer le fief de Claude Monet avant qu'il ne le loue, puis l'achète. À l'époque, le peintre a en effet entrepris un immense travail sur plusieurs années, réaménageant le verger campagnard dans son intégralité pour le transformer, le façonner selon ses goûts propres. Ici ou là, les arbres ont poussé et la nature a lentement repris ses droits depuis, permettant un mélange habile entre la verdure sauvage et la rêverie en paysage. 

IMG_4109

IMG_4110

IMG_4115

IMG_4118

IMG_4154

IMG_4170

IMG_4173

Comment ne pas laisser vagabonder son imaginaire dans de pareilles contrées ? Petite merveille d'onirisme, univers enchanteur ou cadre romanesque -au choix, la poésie de Giverny repose également sur le fleuve l'Epte dont l'un des bras parcourt le jardin, et qui aura bien certainement inspiré les flâneries de Monet au bord de l'eau et sur ses toiles. Au-delà, le lieu est aussi et surtout l'antre d'un peintre mature, jadis voyageur effréné, aspirant désormais à une certaine sérénité de vie. Sa série des Nymphéas, ouvrage colossal de plus de deux cents peintures dont certaines immenses et remaniées à foison, a été élaborée en majeure partie alors que l'artiste faisait face à une cataracte importante le rendant presque aveugle. Il peignait ainsi des couleurs, des formes, des états d'âme. Il peignait un matin d'orage ou un après-midi chatoyant. Il peignait une vie parallèle dont il puisait la force et l'intensité dans son jardin magique.

IMG_4094

IMG_4101

IMG_4207

 


La maison de Giverny, quant à elle, retrace des moments en famille, des bonheurs simples, un quotidien heureux. On pourrait sans hésiter imaginer un enfant jouer devant le perron. Il s'agit d'un habitat bourgeois, tout en longueur car agrandi au fil des ans, et dont les couleurs vives (une façade rose et verte) détonnent car plutôt originales et fantasques pour l'époque. À l'intérieur, les photographies sont interdites mais l'on peut y découvrir un cadre semblable à celui dans lequel vivait Monet et ses proches, des illustrations d'époque venant approuver cette vérité. En ce sens, le lieu est un véritable musée, dont le souci de l'identique se pose au détail près et où la plupart des objets ont appartenu à son très célèbre propriétaire. Le visiteur parcourt ainsi au rez-de chaussée une enfilade de pièces à vivre, toutes meublées d'une fort agréable manière, et rehaussées des tableaux du peintre. Tout comme dans le jardin, la fascination de Monet pour le Japon se fait sentir puisque la salle à manger offre le spectacle d'une magnifique collection d'estampes japonaises parmi lesquelles nous citerons évidemment Hokusai. Le premier étage présente, de son côté, l'intimité de ses appartements privés, alliant chambres, cabinets de toilette et salons de détente. Autant de décors touchants qui mêlent une franche convivialité à une vie aisée, chaleur humaine bien présente encore, afin de mieux tromper les générations et d'user sans plus attendre de la machine à remonter le temps. Et si l'atelier du peintre est une jolie serre/grange adjacente, c'est qu'il parvenait sans soucis à doser vie personnelle et professionnelle.

1926: Monet s'éteint à l'âge de 86 ans. Son amour pour Giverny lui vaudra d'être enterré dans le petit cimetière du village. Une anecdote murmure même que le noir n'était pas une teinte bienvenue lors de son deuil, Clémenceau insistant pour mettre sur la tombe du peintre impressionniste de "vraies" couleurs, plus symboliques de son ouvrage. Près d'un siècle après sa mort, jardin et maison demeurés intacts se visitent encore et inspirent d'aventureuses rêveries. La mémoire de Monet est ainsi préservée et traverse les époques avec autant de grâce que l'ampleur du travail artistique impressionniste/impressionnant qu'il a laissé derrière lui... 


 
˜

Si nos bribes de printemps s'arrêtent momentanément ici,
J'espère toutefois que l'évasion en art et en couleurs vous aura réussi; 
Et que par une journée évidemment moins venteuse qu'aujourd'hui,
Vos pas vous guideront tout droit vers la végétation imagée de Giverny.

-Livy-

Désireux d'informations supplémentaires ?
Vous trouverez votre bonheur [ici]

Posté par livy_etoile à 08:00 - Parisienne en vadrouille - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Commentaires

    Les jardins de giverny sont magnifique et étudier pour avoir des ambiances différentes en faisant quelques pas de côté et changer en fonction des saisons.
    Ce qui est impressionnant c'est qu'on reconnaît les peintures de Monet facilement.

    Posté par John C., 08 février 2014 à 12:47
  • La seule fois où j'ai voulu y aller, c'était fermé! J'aimerai beaucoup le visiter, c'est tellement beau!

    Posté par lalydo, 08 février 2014 à 14:36
  • Hello,
    Magnifique balade, de belles fleurs, du bambou, de la verdure, du calme, j'en ai trop beosin

    Posté par 100driiine, 08 février 2014 à 22:29
  • Giverny est en lieu que je réve de découvrir. , il faut vraiment que je me reserve une journée lors de mon prochain séjour sur Paris !

    Posté par Isa, 09 février 2014 à 17:16
  • Toujours aussi joli !
    J'y suis déjà allée deux fois et ne serait pas contre un troisième round
    Mais j'aimerai beaucoup découvrir Auvers sur oise également

    Posté par flo, 11 février 2014 à 19:00
  • John:
    Tu as tout à fait raison; ce fut une telle source d'inspiration pour Monet que Giverny est un peu à l'image de ses toiles... mais en réel ! C'est sans doute aussi ce qui confère au lieu cette ambiance tellement magique (et magnifique, comme tu le soulignais)

    Posté par -Livy-, 16 février 2014 à 22:54
  • Lalydo:
    Pas de chance... J'espère que l'occasion de visiter la maison comme le jardin se présentera de nouveau pour toi (et très bientôt !!). Le lieu vaut vraiment le coup d'oeil, car en plus d'être gorgé d'histoire, il fascine par sa beauté.

    Posté par -Livy-, 16 février 2014 à 22:57
  • 100driiine:
    Hé hé, j'aurais bien besoin d'autant de sérénité et de quiétude moi aussi !
    Je te souhaite un jardin aussi joli

    Posté par -Livy-, 16 février 2014 à 22:58
  • Isa:
    Oh oui, fais-le ! Je pense que tu ne seras pas déçue par ce petit détour à forte connotation artistique. Et le rêve deviendra ainsi réalité.
    Réserve toi tout de même une journée pour cela, car ce n'est pas tout à côté de la capitale !

    Posté par -Livy-, 16 février 2014 à 23:01
  • Flo:
    Tout comme toi, j'ai effectué les deux premiers rounds (avec succès ^^) et j'y retournerais volontiers tant Giverny me plaît et me captive.
    Je ne peux que te conseiller Auvers sur Oise également, que je connais bien et qui m'a permis une approche de Van Gogh très délicate, et pleine de poésie.

    Posté par -Livy-, 16 février 2014 à 23:03
  • verdure

    pour avoir vu une expo sur les impressionnistes samedi, j'ai bien envie d'aller voir les jardins de Giverny quand il fera un peu plus doux!
    merci pour ce beau billet!

    Posté par Musy, 03 mars 2014 à 20:39
  • Musy:
    Ah oui, c'est l'exposition du musée Marmottan. Elle est sur ma "to-do list" évidemment, et j'ai d'ailleurs observé qu'ils faisaient des billets coupe-file groupés: l'expo + Giverny. Une thématique de choix
    Pour ma part, je te conseille de visiter l'antre de Monet en mai-juin, quand les rosiers sont en fleurs. Et ravie que le billet t'ait plu miss. Bises !

    Posté par -Livy-, 06 mars 2014 à 06:44

Poster un commentaire