Livy Etoile

~ Une pincée de rêve, un soupçon de bonheur ~

21 septembre 2013

L'aqueduc Médicis, petite histoire de l'eau à Paris

À moins que vous ayez élu domicile dans une grotte (auquel cas, je vous admire), vous n'avez pu passer outre la trentième édition des Journées Européennes du Patrimoine qui se tenait le week-end dernier, à nous présenter avec bonheur ses maintes curiosités. Et si comme moi, les secrets de nos villes, les cours cachées et les bâtiments inexplorés sont une vraie source d'inspiration, vous avez pu traquer gaîment l'Histoire sur divers parcours, alliant ainsi la culture à la singularité.
Pour l'occasion, la motivation légèrement entamée par une pluie redondante ne m'a pas conduit vers les réservations-clés de lieux dont je rêvais pourtant depuis bien longtemps (musée des arts forains, anciennes stations de métro...). Je me suis en revanche quelque peu éloignée des sentiers battus avec une visite hors Paris et tout à fait insolite: celle d'un aqueduc. L'aqueduc Médicis d'Arcueil-Cachan. Il m'a semblé alors que c'était suffisamment peu courant (rarissime même, le monument ne se visite d'ordinaire pas, c'est interdit) et intéressant pour venir vous en toucher deux mots ici. Et par chance avec toute cette pluie, il est question de l'eau de Paris...

*

Parce qu'il faut bien le savoir, tandis que nous autres pauvres mortels, buvons allègrement et paressons dans nos bains, l'eau à Paris est le fruit d'une organisation de folie, menée tambour battant à différents points clés situés autour et aux portes de la capitale. L'histoire de l'aqueduc Médicis, notamment, vieux de 400 ans (on fête son anniversaire cette année), nous entraîne au sein d'un parcours long d'une bonne dizaine de kilomètres dans la banlieue sud de la capitale, effectuant ses arrêts principaux à Rungis, Fresnes, L'Hay-les-Roses, Cachan et Gentilly avant de finir à la maison du Fontainier dans le 14 ème arrondissement parisien. Si la construction est en majeure partie souterraine, les points d'eau plantent leurs bribes d'architecture par le biais de "regards", de fontaines, de pavillons ou encore d'aqueducs. Ils symbolisent ainsi un itinéraire riche et diversifié qu'il est possible de suivre à pieds suivant un tracé bien établi pour les amoureux de la randonnée.

*

Un peu d'histoire...

De nos jours, l'aqueduc Médicis est passablement méconnu mais son histoire ne manque pourtant pas de rebondissements. Afin de nous mettre dans l'ambiance, revenons-y un court instant...
Au XVII ème siècle, alors que Paris manque cruellement d'eau potable accessible à tous, et en particulier la rive gauche, Henri IV travaille sur un projet d'aqueduc de grande ampleur; projet qui sera un peu mis à mal suite à l'assassinat de ce dernier. Laissé quelques années à l'abandon, le monument est finalement érigé en plein cœur de la vallée de la Bièvre par le roi Louis XIII et sa mère la régente Marie de Médicis en 1613, puis mis en service en 1623. Il se gorge des sources proches de Rungis pour suivre différentes étapes de purification sur son chemin et fournir Paris en eau potable. De façon plus ludique, il sert également à alimenter fontaines et jeux d'eau. Il doit d'ailleurs son nom à cette dernière préoccupation puisque Marie de Médicis, à la tête des travaux, était de toute évidence plus soucieuse de l'esthétisme du bassin situé dans notre actuel jardin du Luxembourg, lieu où elle avait prévu d'élire domicile, que de la soif des parisiens !
De nos jours, la partie hors Paris de l'aqueduc est classée monument historique. Dans la capitale en revanche, les nombreux travaux d'urbanisme et d'aménagement du sous-sol ne l'ont pas préservé intact et certaines parties n'existent plus désormais.

*

À la découverte des aqueducs d'Arcueil-Cachan

5

Acqueduc_d_Arcueil_Cachan_2

Acqueduc_d_Arcueil_Cachan

Photographies prises à d'autres moments, par une météo plus clémente...

Le monument imposant est en réalité un trois-en-un. Il porte dans ses fondations les vestiges d'un aqueduc gallo-romain qui approvisionnait jadis la belle Lutèce, s'enhardit ensuite de l'aqueduc Médicis en architecture centrale, et se ponctue enfin par les pierres de l'aqueduc de la Vanne dont l'activité intense aujourd'hui encore, alimente le très "secret-défense" réservoir de Montsouris, à Paris 14ème.
Pour des raisons de sécurité évidente, celui-ci est interdit au public. La partie de l'aqueduc Médicis, quant à elle, contient dans ses tuyaux une eau un peu moins précieuse mais tout aussi poétique puisqu'elle s'en va directement remplir le bassin du parc Montsouris. Plus facile d'accès de la sorte, la visite n'en demeure pas moins une rareté et les Journées du Patrimoine étaient l'occasion rêvée de pénétrer dans ce bâtiment atypique qui ne livre pas ses secrets si facilement.


*

La visite

10

Naturellement, il s'agit d'une visite guidée. J'avoue avoir tendance à préférer les errances by myself mais une fois n'est pas coutume, je peux tout à fait me prêter à un brin de docilité si c'est pour savourer de petites parcelles d'inédit...
Les deux premières étapes constituées d'un film-documentaire explicatif et d'un topo sur le parcours de l'eau, le tout à grand renfort de repères géographiques et de photographies, m'auront d'ailleurs permis ces nouvelles connaissances que je viens de vous conter.

11

Le clou du spectacle toutefois demeure l'intrusion en ces lieux... Apparemment, voilà qui se mérite rudement car il faut ramer un certain temps pour accéder au petit morceau d'aqueduc, avec une attente ardue dans le froid et sous la pluie, liée à un souci d'organisation notoire (on ne lâche rien, on râle toujours ^^). C'est finalement chapeautée d'un casque de chantier que je m'engouffre dans le couloir étroit et sombre.

1

Qu'on ne s'y trompe pas, le moment est tout choisi pour mettre sa claustrophobie de côté. La lumière du jour se manifeste seulement par quelques minuscules fenêtres postées ici et là tandis que le plafond, voûté naturellement, doit osciller entre 1m65 et 1m70. Et puisque que j'ai eu la bonne idée de tenter une posture droite heurtant les parois, je ne vous raconte même pas la dégringolade de petits graviers !

9

On évolue lentement dans cet univers étrange et sans fin, le long d'un tuyau rempli d'eau, celui-là même qui alimente la "mare aux canards" du parc Montsouris. Le moindre bruit raisonne et les lampes-torches vacillent, donnant à l'expédition de faux-airs de spéléologie.

4

Pour parfaire une ambiance lounge intimiste, des leds de couleurs sont installées en début de parcours.

12

Ici ou là, des anecdotes. On apprend ainsi qu'au XIX ème siècle lors de la guerre de 1870, les Prussiens se sont engouffrés dans l'aqueduc et l'ont vidé de toute son eau, laissant leurs ennemis parisiens complètement à sec et sans aucune réserve.
D'une façon générale, l'aqueduc a souvent servi de refuge. Lieu de rêverie ou d'inspiration artistique, cachette évidente ou encore repère de contrebandiers, il possède en son sein ce parfum de mystère et d'intrigues d'un autre temps.

14

Ailleurs, gravés dans la pierre, des dessins d'outils. Les tailleurs avaient, semble t-il, chacun leur marque de fabrique et elles subsistent encore aujourd'hui. Il suffit juste d'ouvrir l'œil.

Par le biais de ces histoires dans l'Histoire, la visite se nourrit et s'étoffe. Le retour s'effectue en chemin inverse et nous sortons de l'antre de l'eau-de-là par le même endroit que nous sommes entrés, le regard 13. Un peu de superstition, après tout, n'a jamais fait de mal à personne...

*

De cette visite alors, je retiens l'étrangeté autant que la connaissance, les traces du passé en guise de fascination avérée. Je ne me voyais pas particulièrement explorer ce genre d'endroit (moi qui dans le métro bondé suffoque déjà) mais j'avoue avoir été surprise, dans le bon sens du terme. Riche d'un nouveau savoir que j'aurais bien pu ignorer longtemps encore sans cette expédition, je me suis sentie transportée dans un autre temps, parmi les complots et les réformes, les brigands et les artistes... Une véritable aventure somme toute, un peu façon "Secrets d'Histoire" mais dans la vie réelle; de celles qui nous entraînent loin l'espace d'un après-midi, pour se retrouver en immersion totale dans une dimension parallèle, bien à l'abris des regards indiscrets. Comment n'aurais-je pu succomber ? L'envers du décor révèle toujours des interrogations que leurs réponses transcendent. Et partie pour d'autres lieux, je me suis retrouvée là, sans trop savoir pourquoi mais la curiosité gonflée à bloc. Car au fond, c'est un peu comme cela que je perçois les Journées du Patrimoine. Une mine immense de possibilités qui, si l'on se laisse un tant soit peu tenter par la spontanéité, nous conduit forcément dans un univers surprenant, déroutant, attrayant. Autant vous dire que je ne regrette pas de m'être jetée à l'eau !

-Livy-


Commentaires

    Oui en effet l'aqueduc est rarement ouvert (même pendant les journées du patrimoine).

    Ce qui est intéressant avec ce monument, c'est qu'il montre que l'histoire est partout autour de nous.

    Ca donne vraiment des photos sympas le coup des LEDs.

    Posté par John C., 22 septembre 2013 à 19:52
  • La dernière fois que l'OCRA a pu faire visiter le pont-aqueduc, c'était en 2007!
    Nous espérons l'ouvrir à plus de reprises ces prochaines années, si Eau de Paris accepte!

    En attendant, les événements liés aux 400 ans continuent!
    La prochaine visite intérieure de l'aqueduc sera le regard XX à Gentilly les 12 et 13 octobre 2013 pour la fête de la science. Plus d'infos ici :
    http://400ansaqueducmedicis.org/hom/agenda-et-manifestations/

    Posté par Suri, 23 septembre 2013 à 15:02
  • John C:
    Les Leds, c'est pour la petite touche de modernisme Mais en effet, c'est fort utile lorsque tu n'as que ton iPhone pour photographier et que celui-ci a un flash hasardeux. Au moins, cela confère aux photos un rendu presque arty !

    Plus sérieusement, tu as tout à fait raison. Ce morceau d'Histoire est fascinant précisément parce qu'il nous concerne tous sans vraiment le savoir, mais aussi parce qu'il fait partie de ces visites que l'on n'imaginerait pas forcément planifier lorsque l'on décide de se cultiver. Décidément, la spontanéité a du bon, je ne cesserai de le répéter.

    Posté par -Livy-, 27 septembre 2013 à 19:19
  • Suri:
    Merci beaucoup du passage sur le blog et également du lien qui, je l'espère, pourra interpeller quelques lecteurs curieux ! Je suis, quant à moi, suffisamment captivée par les 400 ans de l'Aqueduc pour espérer avoir l'occasion de faire d'autres sorties et visites à ce sujet. Et je m'en donnerai les moyens.

    La jeune femme de l'OCRA avait en effet mentionné que l'aqueduc ne se visitait plus depuis 6 ans, le tout lié à la sécurité et différentes interdictions. Je souhaite que vous ayez d'avantage de liberté dans les années à venir afin de faire découvrir ces trésors cachés à qui s'y intéressera !

    Posté par -Livy-, 27 septembre 2013 à 19:25
  • Je n'ai jamais profité des journées du patrimoine, je m'en rends toujours compte trop tard quand le week-end est déjà bien rempli. Ta visite suscite ma curiosité, j'adore les tunnels, les sous-sols, ce genre d'endroits un peu mystérieux. Du coup j'adorerais pouvoir emprunter moi aussi ces couloirs....

    Posté par Lou, 27 septembre 2013 à 23:06
  • Lou:
    En effet, il faut d'une part y penser, puis s'y prendre un peu en avance pour réserver les endroits que l'on tient vraiment à visiter. Mais je suis bien mal placée pour te dire ça, moi qui ne l'ai pas fait
    Les Journées du Patrimoine ont les inconvénients de leurs avantages: beaucoup de lieux insolites et fous > et donc beaucoup trop de monde !
    Je te souhaite aussi de pouvoir te rendre à l'aqueduc un jour, pourvu qu'il soit ouvert plus fréquemment. C'est mystérieux à souhait, de quoi réveiller son âme d'enfant, d'aventurière et tout un imaginaire !

    Posté par -Livy-, 29 septembre 2013 à 18:33
  • Je savait meme pas que l'on avait un acqueduc dans le coin.
    Le seul que je connaisse c'est le pont du gard... honte à moi loool
    Bonne idée en tout cas d'avoir été le visité, c'est une découverte pour moi et cela fait connaitre ce patrimoine.

    Pour ma part je ne suis pas sortie le week du patrimoine, j'avoue je ne l'ai encore jamais fait, je ne sais pas du tout ce qu'il y a a visité et ce que j'aimerai voir, pis faire la queue des heures suis pas motivée.

    Posté par Pitch, 05 octobre 2013 à 10:07
  • Pitch:
    Et bien voilà, maintenant tu es au courant pour l'aqueduc
    Il n'y a pas de honte à avoir, c'est un lieu vraiment méconnu d'autant plus qu'il est très difficile à visiter (une fois tous les 5/6 ans avec de la chance, oups).
    Comme il fête ses 400 ans cette année, on en parle évidemment plus !

    En ce qui concerne les Journées du Patrimoine ou tous ces événements similaires, je comprends, le monde est clairement décourageant. Pour ma part, j'opte pour des sorties un peu moins prisées et ça passe mieux. Car hélas dans Paris centre, beaucoup d'animations sont tentantes mais souvent inabordables.

    Posté par -Livy-, 07 octobre 2013 à 19:10

Poster un commentaire