Livy Etoile

~ Une pincée de rêve, un soupçon de bonheur ~

20 septembre 2012

We love Green 2012, quand la musique se met au vert

We_love_Green_2012

Forte de mes aventures festivalières de Rock en Seine 2012 il y a de cela quelques semaines, j'ai récidivé le week end dernier presque malgré moi en me plongeant pour deux petites journées dans l'ambiance très bobo-écolo de l'évènement We love green en plein parc de Bagatelle. Une découverte totale qui allait me donner l'occasion de voir ou revoir quelques artistes de talent, tout en savourant un festival décidément bien différent des précédents. Morceaux choisis, impressions et informations, il ne m'en fallait guère plus pour me donner l'envie de tout vous conter, du détail facétieux à mon amûûûr de la musique.

*

Mais We love Green, quésaco ?


Panneau_indicatif

Un festival donc, qui célèbre sa deuxième année de vie en 2012 et se veut engagé dans le respect de l'environnement, du choix de ses artistes à son mode de fonctionnement global. Il propose une approche écologique et la traite de la façon la plus ludique qui soit afin de sensibiliser les festivaliers à la cause. 



Et donc ?

We_love_Green__entr_e

Festival__soleil_couchant_2

Tipi_lumineux___stand

Very_green_room_Heineken

Et donc, c'est plutôt novateur et très chouette au demeurant. Quand je pénètre dans l'enceinte pour la première fois, je suis scotchée. Il faut dire que peu de choses, en dehors peut-être de l'odeur de l'herbe humide, m'évoquent les festivals auxquels je suis habituée. Des panneaux solaires sont postés aux quatre coins du lieu, les stands sont des tipis (lumineux à la nuit tombée), la Green Room Heineken est vraiment "green" et plantée au beau milieu des arbres, on s'assoit sur des bottes de foin ou des transats en matériaux recyclables pour se détendre, et l'atelier qui s'occupe de tresser des couronnes de fleurs pour les participants ne désemplit pas. J'ai soudainement envie de me mettre pieds nus, d'arborer une robe fluide et de courir en chantant du John Lennon. Mais bon, quand même pas. Pourtant, loin de ma bière coutumière, j'opte pour une bionade aux plantes avant d'attaquer les premiers concerts. Je butine de stand en stand avec une sérénité quasi-surnaturelle, plaque quelques accords sur une Fender Stratocaster par ici, participe à un concours pour gagner un sac en coton biologique par là. Le ton est clairement donné, la cool-attitude de rigueur et je suis une hippie qui s'ignore. Voilà.


 Quant la musique est bonne...

Sc_ne_pour_Norah_Jones

La scène se dresse fièrement au milieu du site, belle et vaste, et les artistes qui s'y succèdent permettent une totale cohérence avec l'esprit du lieu. Le concept se veut novateur, parfois expérimental, toujours intelligent. C'est "clean" et branché, avec une acoustique très correcte. Pas si mal après tout. En revanche, effet voulu ou non, le festival souffre d'un manque d'affluence, sans doute lié à la Fête de l'Huma qui se déroule le même week end. Qu'à cela ne tienne, je brave la foule non-compacte avec un enthousiasme évident et profite d'une tranquillité sympathique pour savourer d'avantage encore les concerts. Car, ce n'est certainement pas à Rock en Seine que j'aurais pu faire pareille chose, mais voici que je me faufile aisément parmi les gens jusqu'à parvenir sans encombres dans les premiers rangs et même pouvoir respirer. Le show va bientôt pouvoir commencer.


Les concerts en quelques mots

Deux jours et quatre concerts de mon côté. Sans me presser ;)

Norah Jones :

Norah_Jones

Norah est magnifique en live et son humilité lui va à ravir. Vendredi soir, elle arborait un répertoire langoureux, un brin poétique, en n'omettant nullement ses titres phares tels Come away with me ou encore Don't know why, le tout sous une pluie d'origamis. Sa voix d'une justesse infaillible générait l'émotion, renforcée par une "setlist" tirée au cordeau. Seulement, à force de trop de douceur, elle a fini par offrir une prestation relativement consensuelle qui dénotait avec son caractère fort, non sans souligner quelques longueurs. Un peu trop fade alors ? Ce petit bémol n'a toutefois rien enlevé à l'étendue de son talent ni empêché l'existence d'un agréable moment.

James Blake :

James_Blake

La musique peu banale du jeune prodige a de quoi déboussoler et c'est rien de le dire ! Relativement hermétique à certains morceaux, dissonants et peu avenants, je me suis vue en apprécier d'autres (avec modération cependant). En effet, contrairement à ce que j'avais pu entendre de lui auparavant, j'ai trouvé la performance pas assez étoffée et et les prises de risque trop grandes bien que le show lumineux soit amplement à la hauteur. Il en a résulté un concert très inégal, relativement brouillon, mais doté tout de même de quelques très belles envolées pour la fin de soirée.

Camille :

Camille

C'est sans scrupules que je vous renvoie à mon lointain billet de blog [ici] à son propos, tant la jeune femme est demeurée conforme à l'idée que je me faisais déjà d'elle en 2008. Joli show en mode "performance", voix à tomber, chansons volontaires et fille complètement barrée, il n'en fallait pas plus pour me séduire, surtout que la tâche n'est pas forcément aisée en pleine journée. Elle l'a fait !


Beirut :

Beirut

Soyons honnêtes, ce n'est pas particulièrement ma tasse de thé. Trop flon-flon, trop... folk ? Je ne saurais dire. Je n'adhère pas au mode fanfare et ce n'est pas le live du samedi qui m'aura fait changer d'avis. Il n'en demeure pas moins que je peux leur reconnaître du mérite en toute objectivité et une prestation honnête, ce qui a d'ailleurs amplement été le cas. Il s'agissait d'un concert "best of" très festif et remuant, un peu hors du temps. Une joyeuse pagaille en quelque sorte, et qui n'a pas manqué de mettre l'ambiance sur le parc afin de préparer au mieux la venue des Klaxons. Bonheur.

Je serais bien restée le dimanche pour le passage très remarqué des C2C en remplacement de Charlotte Gainsbourg mais cela devait ne pas être, en espérant une session rattrapage évidente pour mon groupe fétiche du moment.


Autour du festival

Parce qu'un festival est toujours une incitation à la flânerie, j'ai également pu découvrir, au gré de mes allées et venues, des expo' recyclables et autres grandes célébrations de l'insolite qui m'ont tapé dans l'oeil.

El_phant

Des sculptures d'animaux géantes exclusivement conçues en récup'...

Eolienne_totem

... Une éolienne multicolore...

1

 3

10

8

... Un tissage lumineux avec lequel j'ai beaucoup joué...

Tomates_coeur

... Des paniers de tomates aux senteurs rudement appétissantes...

Couronnes_de_fleurs

...Des ateliers pour tresser des couronnes de fleurs...

Sac_bio___We_love_Green__

... Des sacs à adopter...

... Et beaucoup, beaucoup de choses que j'ai du oublier !

 

[ Les + ]

Le cadre de Bagatelle est charmant, je le savais déjà, et ces deux soirées me l'ont une fois encore prouvé. De plus, bien que le festival reste relativement intimiste, il propose des stands multiples et variés pour jouer, se détendre, s'instruire, se documenter. Bref, un lieu à taille humaine où il fait bon évoluer.
L'attrait de la nouveauté se fait évidemment sentir. Et comme l'idée est peu banale, elle intrigue autant qu'elle séduit. La nourriture, par exemple, tantôt végétarienne tantôt terroir, privilégie les produits bio. Pas un seul barbec' ni l'ombre d'une frite à l'horizon. De mémoire de festivalière, je n'avais jamais vu ça !
Point essentiel enfin, la musique est autant à l'honneur qu'elle est mise en valeur. Qu'on aime ou non les têtes d'affiche, la programmation est plutôt attrayante (c'était déjà le cas en 2011) et les effets scéniques tout à fait dignes d'un festival. De quoi nous donner envie de rempiler pour une session prochaine.

[ Les - ]

Gros souci en revanche du côté de l'organisation. Les initiatives sont bonnes mais We love Green se cherche encore... et ça se voit. Les renseignements sont loin d'être précis, le personnel est parfois débordé et passés 20h, impossible de manger quelque chose de convenable et de son choix qui soit encore en stock. Un peu agaçant et souvent frustrant. Le festival doit donc continuer de se roder pour passer à la vitesse supérieure.

*

Déjà presque une semaine que c'est fini et un zeste de nostalgie.
Comme si les festivals, ce mois-ci, avaient rythmé ma vie
Et susciter la critique ou l'effervescence au gré de mes envies.
De We love Green alors, je retiens un trip original et éclectique,
La coolitude ambiante surplombant une douce fantaisie,
Et me noie désormais dans une "green" mélancolie
Pourvu qu'elle garde en elle les mélodies comme la magie.

-Livy-


Commentaires

    Merci pour ce chouette compte-rendu Livy! Ca me rappelle ma "jeunesse" car ça fait bien longtemps que je n'ai pas mis les pieds dans un festival de musique...

    Posté par My Discoveries, 20 septembre 2012 à 09:50
  • J'ai vu pas mal de photos du festival sur Instagram et je regrette vraiment de ne pas avoir pu m'y rendre !

    Posté par Mélanie, 20 septembre 2012 à 11:07
  • flower power

    La déco avait vraiment sympa. Une vraie bulle green ! Ca donne envie d'être là l'année prochaine, en espérant que l'organisation se rôde un peu. EN tout cas, chouette d'avoir tes impressions.

    Posté par celine, 21 septembre 2012 à 15:03
  • Je crois que j'aurais adoré ce festival et ne critique pas Beirut c'est ce que je préfère de la programmation!! )

    Posté par July, 21 septembre 2012 à 19:17
  • "J'ai soudainement envie de me mettre pieds nus, d'arborer une robe fluide et de courir en chantant du John Lennon" et en faisant BROUUUUU? lol

    Une amie m'a fait découvrir Beirut, j'aime bien!

    Posté par Musy, 27 septembre 2012 à 14:02
  • J'avais pas encore lu ton article et c'est vrai que ca donne envie. Mais bon, a part pour Camille, le reste des artiste ne me parlait pas franchement, même si j'avais eu l'occasion de les voir je n'aurais surement pas été déçue. Enfin bon, de toute façon j'étais à l'étranger et je serais allé voir, moi aussi, Patti Smith à la fête de l'huma.
    En tout cas, même si niveau orga c'est apparemment pas encore ca, l'ambiance très hippie a l'air vraiment agréable Merci d'avoir partagé tes impression et ces quelques photos.

    Posté par Marisa, 28 septembre 2012 à 19:56
  • My Discoveries:
    Mais de rien ! Le but est de donner un peu envie aussi. Et si j'ai pu te faire revivre l'enthousiasme des festivals endiablés, tu m'en vois absolument comblée ! Bonne soirée

    Posté par -Livy-, 30 octobre 2012 à 17:48
  • Mélanie:
    Il est vrai que, rien que pour le côté atypique du festival et sa thématique, ça valait le déplacement ! Par chance, tu auras sans doute droit à une session rattrapage l'année prochaine. M'est avis que l'organisation va très certainement s'améliorer d'ici là et je te souhaite d'y être présente !

    Posté par -Livy-, 30 octobre 2012 à 17:51
  • Céline:
    Merci pour ce sympathique commentaire et bienvenue à toi ici !
    Le festival était à l'image des photos: joyeux, brouillon et en dehors du temps. Du coup, je ne peux que t'encourager à y assister l'an prochain naturellement ^^

    Posté par -Livy-, 30 octobre 2012 à 17:58
  • July:
    Je confirme, l'univers t'aurait sans doute beaucoup parlé ma July.
    Je ne savais pas que tu aimais "Beirut" mais je suis certaine que tu aurais tout particulièrement apprécié leur prestation du coup. Elle était réussie. Ça va, j'ai été plutôt gentille avec eux, hé hé

    Posté par -Livy-, 30 octobre 2012 à 18:00
  • Musy:
    Rhôôô, avec tous ces fans de "Beirut" sur le blog, je vais m'attirer des ennuis moi ^^
    Trêve de plaisanterie, je n'ai pas même lâchée l'ombre d'un "Brou" mais l'idée est charmante et tentante. A cogiter donc si je récidive dans ce festival l'année prochaine. Et accessoirement, mon nouveau cri de guerre est "SloupTOUT". Ça se corse !

    Posté par -Livy-, 30 octobre 2012 à 18:03
  • Marisa:
    Je te comprends car la prog' de la Fête de l'Huma était on ne peut plus tentante cette année (et il parait que les concerts dépotaient vraiment !). Comme je n'aime pas choisir, j'aurais adoré que les deux festivals ne tombent pas le même week end, tu t'en doutes !
    Pas de regrets pour celui-ci en tout cas. Si tu as envie de te dépayser un peu, je te le conseille fortement une prochaine fois. Rien à voir avec Rock en Seine, tu l'auras compris, mais la "cool-attitude" est franchement sympa. Et Camille: une perle

    Posté par -Livy-, 30 octobre 2012 à 18:07

Poster un commentaire