Livy Etoile

~ Une pincée de rêve, un soupçon de bonheur ~

04 novembre 2011

Éric Antoine dans "Mysteric" au Petit Montparnasse

Dans ma saga des petits plaisirs, le rire est naturellement le bienvenu, encore plus s'il s'accompagne d'un cadeau prenant la forme d'un curieux One Man Show. Aussi, quand une belle initiative et une soirée entièrement dédiée à la bonne humeur s'offrent à moi, dictées de plus par un coup de coeur du meilleur ami geek qui ne soit lié ni aux dernières actu' Apple ni aux jeux sortis sur Playstation 3 (une réputation bien réductrice que celle-ci, oserais-je seulement ? ^^), je prends la sage décision de les laisser pleinement s'épanouir. Et puisqu'il existe bon nombre de mes récentes sorties que je souhaiterais avec entrain relater sur ce blog et vous faire partager, c'est sans plus tarder que j'entame la première d'une longue lignée. Au programme, quelques mots bien mérités à propos du nouveau spectacle d'un magicien déjanté, savant fou à ses heures perdues, à la chevelure indomptable et indomptée. Peu conventionnel, drôle et fou à lier, il revisite avec humour l'art de la prestidigitation et le dépoussière sans hésiter. J'ai nommé Éric Antoine...

.

Eric_Antoine__Mysteric

Où ?

Au Théâtre du Petit Montparnasse, 31 rue de la Gaîté, 75014 Paris.
Timidement caché dans un petit recoin de rue, derrière des bâtiments plus imposants, l'endroit est cosy et intimiste, presque familial. Et si son hall minuscule ne laisse pas une première impression mémorable, on apprécie la convivialité de la salle de spectacle, pour sa taille abordable notamment, qui permet une vraie proximité avec les artistes et une visibilité fort agréable au demeurant. Il serait cependant bien dommage d'en rester là. Car derrière cette simplicité rassurante et acquise, se cache surtout un haut lieu du théâtre (depuis 1817) qui a traversé les époques en s'imposant très nettement dans le milieu de la culture parisienne. Défendant les auteurs et comédiens de renom, il se démarque par le choix étudié des pièces qu'il présente ou encore l'envie de mettre en avant toute forme de talent.
Un programme alléchant et diversifié au possible qui ne saurait d'avantage nous donner l'envie de nous y aventurer.

.

De quoi s'agit-il ?

"Après le triomphe de son spectacle Réalité ou illusion ?, le plus grand des magiciens, Éric Antoine, (il mesure près de deux mètres), revient avec Mysteric, un nouveau show qui mêlera performance, humour, magie, prestidigitation, danse, musique, poésie… Et comme toujours, il sera accompagné de son cher assistant invisible, Bernard."

.

Et alors ?

Lever de rideau, la musique retentit. Une jeune femme apparaît et exécute sur scène une danse souple et enjouée. Le public enhardi applaudit déjà tandis que la belle se démène avec fougue, quand soudain... Un bruit sec. Un escalier sorti de nulle part vient s'abattre sur le sol sa pauvre carcasse. Sans transition aucune, un Éric Antoine tout guilleret en descend solennellement, costume de rigueur et cheveux qui décoiffent. Le ton est donné. Le show peut commencer.

~

C'est en effet dans l'impertinence et l'humour vache, sorte de combo presque parfait, que Mysteric (comprenez "Mister Eric") puise son essence magique et s'amuse de ses moindres ressorts. Bien au-delà encore, le talent ainsi mêlé à l'absurde, et l'inattendu au rire, révèlent avec intensité la jolie dualité de ce spectacle d'illusions/prestidigitation mené tambour battant par un Éric Antoine fringuant, et présenté tel le One Man Show qu'il est vraiment.

~

D'ailleurs, notre magicien, remonté comme une pendule, nous annonce d'emblée la thématique de la soirée, non sans un certain sérieux, évidemment surjoué. Il nous propose donc de répondre à la question vitale "Qu'est-ce que la magie ?" en plusieurs étapes qui constitueront le spectacle. Et lorsque démarre son interrogation multiple et survoltée, c'est un poème à lui tout seul. Se basant sur des réflexions pseudo-existentielles dont le ton décalé est un vrai régal, il parvient à cumuler avec brio réponses pertinentes et argumentation sens dessus dessous, le tout avec de grands gestes et moultes effets de voix. Le registre théâtral est au rendez-vous: le môssieur exagère absolument tout et nous entraîne sans plus tarder avec lui dans ses folles hallucinations et son improbable magie.

~

Le spectacle se révèle donc farfelu, joliment brouillon et passablement débridé. La poésie très second degré d'Éric Antoine est dévastatrice et jubilatoire. Et puisque le magicien a plus d'un tour dans son sac (facile je sais, mais il fallait bien que je vous la fasse ^^), sa maîtrise parfaite de la prestidigitation peut lui permettre toutes sortes de dérives sans jamais se dessaisir de cet humour très personnel qu'on aime redouter. Rubik's cubes, télépathie, objets cachés... Rien ne lui échappe. Enchaînant les tours de magie volontairement catastrophiques, quelques réussites ô combien saluées, et des boutades en tout genre, il ne saurait s'épuiser. Mieux que cela, il est même aidé ! Le duo très surprenant qu'il forme avec son célèbre assistant Bernard (la jolie Calista Sinclair), "invisible" car vêtu de noir, est un bonheur de chaque instant ou l'art du trucage est un jeu d'enfant pas forcément très concluant mais toujours hilarant. Pour couronner le tout, ledit Bernard n'hésite pas une seconde à lui voler la vedette en improvisant un show au sein du show. Une facette fort à propos qui accentue la puissance de l'ensemble en tirant, une fois de plus, les ficelles comiques du théâtre.

~

Ainsi, quitte à assumer la panoplie d'un magicien pas comme les autres, Éric Antoine endosse pleinement son rôle et décide de s'en donner à coeur joie. C'est sans aucune pitié qu'il nous fait profiter, dans un marathon effréné, de moultes tours à deux francs six sous, ceux-là même dignes de la mallette du Parfait Petit Sorcier de notre enfance. Qu'on se le dise, les colombes sont de sorties et les jeux de cartes aussi. On voudrait lui demander le tour de la femme coupée en deux qu'il pourrait presque nous en dévoiler chaque petit secret. Et c'est lui qui le dit ! Il nous revend du cliché à la pelle pour mieux s'en éloigner et, envoyant savoureusement valser les idées reçues véhiculées sur la ringardise du métier, mène au contraire son spectacle vers de bien loufoques contrées, le tout dans un style inimitable. C'est qu'on a la classe ou on ne l'a pas. Et au fur et à mesure que, sabotant avec soin sa propre magie, il se joue des conventions, trucs et astuces téléphonés ne sont décidément pas conviés.

~

En revanche, convié, le public l'est volontiers. Et son dynamisme évident ne nous met pas à l'abris de ses coups de folie. Non content de dévoiler une auto-dérision attachante ("Ouh la, quelle bonne soirée de merde on va passer !" s'exclame t-il après avoir sorti une blagounette bien pourrie que moi-même ne tenterais pas...), il génère une véritable interaction avec nous et ce, pendant l'intégralité du show. Apostrophant régulièrement son auditoire avec un franc-parler déconcertant mais sans jamais aucune méchanceté ("Tu te calmes, oui !"), il se voit dans la sympathique obligation de commenter ses actes et autres réflexions tirées de son raisonnement ("Ça fait flipper !"), voire de nous complimenter, mais à sa façon ("Vous êtes mon meilleur public de ce soir !", "Toi tu es beau, toi tu es belle, toi, tu es... Tu es quoi au juste ?"). Et si jusque là, tout va bien, c'est sans compter sur ses allées et venues incessantes de part et d'autre de la salle qui pourrait bien sous-entendre de monter sur scène avec lui... jusqu'à presque vouloir en devenir une petite souris. Fort heureusement pour ma terrifiante timidité, je n'aurai pas fait partie de la bonne dizaine d'anonymes sacrifiés ce soir-là.

~

Toujours est-il que la grande force d'Éric Antoine réside sans aucun doute dans son aptitude à mélanger les styles. Celui qui se qualifie lui-même "d'humorillusionniste" (si si, c'est un mot) manie donc à la perfection, non seulement l'humour et la prestidigitation, mais aussi d'autres domaines qui s'étendent de la danse aux sciences, de la philosophie à la musique. Sans limites, il jongle avec une dextérité impressionnante sur la pluralité de son spectacle, pluralité elle-même renforcée par les constants échanges avec son assistant Bernard, une partition dynamique et même un jingle, pour un rendu d'avantage abouti encore.

.

Eric_Antoine_2

Le verdict ?

Saupoudré d'une bonne dose de talent, Mysteric est un moment unique, très "magique" décidément (ce qui tombe à pic), et nous dévoile un univers insoupçonné qui sait mêler le rire au rêve avec une intelligence insolente. C'est léger, emmené, bien ficelé. Autant préciser que si l'on a eu une mauvaise journée, on en sort définitivement déridé.
Un petit bémol toutefois sur les quelques similitudes assez flagrantes observées avec le spectacle précédent. Le show, de toute évidence, n'est pas une nouveauté en soi mais plutôt une prolongation de Réalité ou illusion ? là où l'on aurait souhaité une franche évolution. Pas encore tout à fait rôdé car très récent, il ne parvient à s'affranchir complètement des anciens tours et les recycle plutôt, générant une moindre recherche, quelque peu dommage. Il n'en demeure pas moins que l'étonnante personnalité de Éric Antoine, à laquelle on accroche évidemment, contribue à renforcer une performance anti-conformiste et bourrée d'astuces, à la tonalité délicieusement outrancière. On rit. On percute. Bref, on profite. Et puisque Mysteric ne dure qu'une toute petite heure, on lui souhaiterait bien, non sans un certain enthousiasme, de jouer la carte des prolongations... Abracadabra !

-Livy-

Posté par livy_etoile à 08:00 - Je me culture à Paris - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Commentaires

    .

    J'ai vu ses affiches mais n'y suis pas allée y faire un tour ... J'ai peur de trouver ce spectacle peu différenciant / à d'autres ...

    Ds le mm genre, il y a James Chadier , et lui il propose au public de venir diner avec lui à la fin du spectacle !!!

    Posté par Aurore, 06 novembre 2011 à 10:25
  • Aurore:
    Bienvenue ici et merci de donner ton avis !
    Il est évident que si l'on a vu le premier spectacle de Éric Antoine en live, le déplacement n'est pas nécessaire ici tant il y a de similitudes. Mais comme pour ma part, j'avais seulement découvert le magicien par le biais de la TV, pouvoir assister à une représentation "en vrai" était un bonus non négligeable. D'autant plus que j'apprécie ce genre de soirées

    Je ne connais James Chadier que de nom alors j'irai me renseigner d'avantage à son sujet. La perspective d'un dîner en fin de show est d'une franche convivialité. J'aime !

    Posté par -Livy-, 08 novembre 2011 à 23:29
  • Oui j'aime bien d'autres sujets que mes geekeries !!!
    J'adore l'humour d'Eric Antoine, un brin décalé, totalement déjanté avec une grande part d'auto dérision. On sent qu'il aime la scène et le public.
    Par contre c'est vrai qu'on sent qu'une partie est repris de l'ancien. La représentation était en rodage mais je suis sur que maintenant il doit être au top.

    Posté par John C., 20 novembre 2011 à 19:33
  • John:
    Et moi j'adore ton ressenti à propos du spectacle: tu le décris très bien, dans ses qualités comme ses défauts ! Nul doute que notre humorillusionniste soit au top à présent, je lui fais une totale confiance et espère bien qu'il va savoir se renouveler comme il se doit.
    C'est que tu es chouette aussi, même sans tes geekeries

    Posté par -Livy-, 01 décembre 2011 à 20:49

Poster un commentaire