Livy Etoile

~ Une pincée de rêve, un soupçon de bonheur ~

26 septembre 2011

"En scène, les Audacieuses" ou le credo de l'été

Tandis que l'automne sévit à peine, nous enveloppant déjà de ses plus laineux beaux atours, je vois poindre, dans la fraîcheur saisissante, les graines des beaux jours semées jusqu'à ma maisonnée... Et c'est bien installée dans mon home sweet home à cocooner, une tasse de thé à mes côtés et quelques pages romanesques pour m'accompagner (so "clichey", vous en conviendrez ^^), que je me plais soudainement à revenir sur les plaisirs simples de mes lectures d'été. Une occasion enjouée et attrayante de saisir sans plus tarder leur belle énergie, celle-ci même qui prend souvent sa source dans le cadre d'une littérature aussi féminine qu'épanouie. Légèreté charmante ou humour désarmant ? Le blues post-vacances peut bien aller se rhabiller. Je garde au sein de mes billets quelques petits secrets et compte ardemment vous faire partager, en souvenir de quelques journées ensoleillées, une trouvaille jouissive et pétillante issue de ma PAL incontrôlée...

~

Les_Audacieuses

Ce qu'en dit le quatrième de couv'...

"Adieu tailleurs sombres et cols boutonnés ! Aujourd'hui, les femmes manient le glamour comme une arme, au même titre que le talent, l'intelligence ou le carnet d'adresses.
L'une a le goût du pouvoir, l'autre l'envie de briller.
Déborah Shapiro, 42 ans, directrice de label dans une maison de disques menacée par la crise, doit défendre sa place et déjouer les manigances de ses rivaux, tout en gérant deux ex et une ado de 13 ans adepte des fugues. Un équilibre  fragile bouleversé par le retour d'un amant du passé au charme toxique... Nelly Caldeira, chanteuse de R'n'B, ronde et énervée, est prête à toutes les métamorphoses pour devenir une star. Elle rêve non seulement de séduire l'oreille de l'exigente Déborah, mais aussi de s'imposer dans le milieu de la musique... et surtout dans le coeur du beau Ness.U.
Pour ces audacieuses, être sexy n'est plus synonyme de soumission et l'amour reste la plus grande des aventures !"

~

Le message est clair et affirmé: être une femme aujourd'hui, c'est savoir être passionnée, rester féminine et bien mise, mais pas seulement. Il faut aussi se fixer des objectifs concrets et plus que tout, se battre pour les réaliser. Tout un programme à détailler et qui sentirait bien l'univers de "Carrie Bradshaw" à plein nez... De quoi avoir ravi notre petit coeur de fille pour tout l'été ! Mais s'en arrêter là serait un peu facile et pas tout à fait justifié. Car si de Tonie Behar, j'avais bien aimé, sans plus m'y attarder, le très girly Coups bas et talons hauts, je me suis surtout délectée de ce roman nouveau qui use des codes de la littérature féminine pour progressivement s'en détacher et approfondir quelque peu le sujet.

~

On y retrouve donc cette écriture piquante et dynamique, marque de fabrique de l'auteure, pour un roman actuel naturellement haut en couleurs qui, dans quelques élans romantiques, nous décrit une société souvent cruelle, parfois touchante, mais toujours avec cette une justesse sensible fort bien amenée. Et si certains pourraient en venir à penser que deux portraits de femmes mis en valeur au sein d'un monde où les hommes, encore aujourd'hui, semblent régner en maîtres est un sujet "has-been" et trop souvent ressassé, le livre sait parfaitement où mener ses héroïnes, et sans se démonter. 

~

Jouant sur le fil conducteur d'un parallélisme omniprésent, la trame se met en place autour de Déborah et Nelly: deux caractères s'opposent, deux intrigues se trament, deux romances se créent... Mais si l'une se bat pour ses idéaux la tête haute, surmenée, borderline et sans jamais rien lâcher, quitte à s'y perdre, l'autre paraît de prime abord plus vulnérable et plus humaine. Elles n'en demeurent pas moins toute deux des femmes fortes et fières, avec leurs fragilités et leurs faiblesses, et surmontent tant bien que mal les difficultés tout en ayant, chacune à sa façon, un amour évident pour la musique.

~

Une chose est sûre. Si la thématique est vaste, les ficelles du roman le sont tout autant et révèlent avec attrait leur pluralité. Psychologie et esprit d'à propos, les tensions, la rivalité, la séduction, la jalousie ou l'ambition sont autant de ressentis et de sentiments qui s'entrechoquent et se heurtent pour mieux s'entremêler, tout en gardant toujours cette légèreté des mots. Tonie Behar parvient de la sorte à évincer les clichés sans souci pour nous embarquer d'emblée dans cette aventure moderne. Et quand le sang-froid de Déborah et l'émotion de Nelly se révèlent en miroir et évoluent au fil des pages avec une simplicité qui nous ressemble, le roman ne tombe ni dans la froideur gratuite ni dans le pathos. Sauvées !

~

Vous l'aurez compris alors, En scène, les Audacieuses, c'est un peu "girl's power", distrayant à souhait et toujours bien senti. Du "gossipage" en bonne et due forme, saupoudré de descriptifs qui décapent et de scènes drôlissimes, le tout remixé à la sauce fashionista... Ça tombe bien, on était un peu là pour ça aussi ;)

~

Par chance, le petit bonus est de rigueur ! Loin d'être plongée dans un banal (et énième) roman de chick-litt, la lectrice qui sommeille en nous se retrouve en effet propulsée bien vite au sein d'un univers différent et... très musical. Ce dernier y est décrit avec attachement, les embûches comme les espoirs. C'est à travers le personnage de Nelly notamment que se tissent une évolution, une confiance progressive et, somme toute, un véritable parcours du combattant. De l'envie de réussir au découragement, du manque d'assurance à la transformation physique, des minuscules salles de concert et de leur public hostile aux paillettes... Pour bâtir une carrière, le talent ne fait pas tout: il est certes une aide, un pied à l'étrier. Mais il faut surtout composer avec l'envers du décor...

~

De l'autre côté du miroir, il est vrai, les difficultés vont bon train. Avec malice, elles sèment le chemin du roman, du début à la fin. C'est que l'auteure connaît son sujet sur le bout des doigts et s'y introduit avec un humour intelligent et un style qui marquent la cadence. De quoi donner une petite leçon agrémentée d'un joli pied de nez à tous ceux qui rêvent production, moments de gloire et star système sans se poser les bonnes questions !

~

Un thème peu banal d'ailleurs que celui du monde de la musique. Après s'être penchée sur l'univers de la haute couture, bien trop ô combien exploité en matière de littérature girly, Tonie Behar nous propose un sujet d'actualité (téléchargements, crise and co) sans doute moins habituel, mais qui n'en attise que d'avantage la curiosité, de par sa charmante singularité. Traité avec pertinence, l'intérêt ressort aussitôt et, cerise sur le gâteau, les références musicales ne se comptent plus, tous styles confondus ! C'est enjoué et dansant. Jusqu'à décrocher pour quelques heures du monde environnant, saisir au vol nos écouteurs et satisfaire ainsi pleinement notre lecture.

~

Le mot de la fin en serait alors presque évident. Outre l'aspect sentimental qui ne m'a pas particulièrement transcendé (sans coeur, moi ?), l'univers de En scène, les Audacieuses s'engouffre surtout, de par sa thématique de fond, vers des contrées qui nous réunissent. Il s'adresse à nous tous qui nourrissons secrètement une envie, un rêve, une passion et qui, à défaut de nous battre chaque jour pour la réaliser, espérons parfois trouver quelques issues et portes ouvertes qui pourraient bien changer le cours de notre existence. Détente et questionnement ? Un roman qui nous donne une ambition fougueuse et bien placée quand il se referme en souriant sur quelques phrases acidulées et un zeste d'audace joliment mené ;)

-Livy-

Posté par livy_etoile à 08:00 - Je lis, tu lis, il lit... - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

  • Ça m'a l'air très girly et sympa mais pas très geek pour moi hi hi ;p

    Posté par John C., 02 octobre 2011 à 22:33
  • John:
    Ton petit commentaire m'a bien fait sourire.
    Eh oui... Pour un ami geek comme toi, parcourir un livre qui ne soit ni SF ni heroïc-fantasy, ça relève du défi ! Et tu sais quoi ? J'aime les défis ^^

    Posté par -Livy-, 02 octobre 2011 à 23:26

Poster un commentaire