Livy Etoile

~ Une pincée de rêve, un soupçon de bonheur ~

21 mars 2009

La playlist de Mars (2), en hommage à Alain Bashung

Alain_Bashung Alain_Bashung_2

Gaby oh Gaby
Vertige de l'amour
Osez Joséphine
Madame rêve
Ma petite entreprise
La nuit je mens
Résidents de la république

° ° °

Cela fait déjà une semaine qu'Alain Bashung nous a quitté et si l'on s'évertue souvent à répéter que le temps passe bien trop vite, il n'en demeure pas moins pesant parfois.
Alors c'est un fait, je suis certainement bien loin d'être la seule à évoquer ce triste sujet ces derniers jours et en ai tout à fait conscience. En revanche, la mort d'un artiste qui me touchait tout particulièrement et dont je ne cessais d'admirer la personnalité singulière est à mes yeux un évènement suffisamment marquant pour que je lui consacre une mention spéciale, bien loin de tomber dans la banalisation.
La nouvelle a effectivement fait rejaillir à la surface des souvenirs musicaux d'une grande sensibilité, des bribes de phrases tourmentées, de la poésie obscure, quelques grammes d'humour ou de provocation et bien sur, une bonne dose de rock décalé savamment distillée au gré de ses albums.

Lui, le musicien, le poète, a eu de son vivant le pouvoir de créer une oeuvre musicale à facettes de toute beauté, libre, hautement nuancée et riche de collaborations fructueuses.
Son dernier album Bleu Pétrole en était d'ailleurs une preuve flagrante, vrai bijou emprunt de textes poignants et d'une musicalité toute nouvelle encore, et la tournée en cours un exploit et une belle marque de courage quand on sait combien il était déjà mal en point.
"The show must go on", qu'on dirait bien...

Affranchi de toutes contraintes et laissant la magie de la musique et de la scène opérer jusqu'à la fin, il nous a ainsi laissé un héritage artistique d'une qualité inestimable, nous entraînant alors et pour toujours dans son univers aussi sombre qu'entêtant, à l'avant-gardisme assumé.

Ceci étant, les mots ne résumant parfois rien de plus que la musique et la créativité elles-mêmes, une playlist me semblait encore la façon la plus appropriée de faire revivre le grand Bashung, suivant la chronologie de quelques unes de ses chansons les plus intrigantes, les plus connues également, et son évolution aussi bien artistique que personnelle par la même occasion. Ainsi, à travers ses plus grands succès, ses morceaux marquants et quelques clips, j'esquisse ce bref billet, non sans une nostalgie évidente des souvenirs indélébiles qu'il nous a laissé et qui sont bien partis pour perdurer dans le temps. Immanquablement.

Le fait est que la France a perdu un grand homme de la scène française en ce mois de mars, un artiste d'une valeur inestimable au talent sans cesse renouvelé.
Novateur jusqu'au bout des ongles malgré ses soixante et un printemps, il reste un exemple évident pour les musiciens d'aujourd'hui et de demain, et pour les autres tout aussi bien...

-Livy-

Posté par livy_etoile à 08:00 - Trois petites notes de musique - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • Loin de la banalisation, en effet. Il est vrai que c'est peu banal de qualifier de "poète" un artiste (par ailleurs immense) n'ayant jamais écrit une seule ligne de ses textes, et ayant affirmé maintes et maintes fois ne pas être à l'aise avec les mots !

    Posté par Khamsin, 21 mars 2009 à 19:27
  • Ne vas pas croire que j'ignorais tes dires, Je n'ai d'ailleurs pas manqué d'évoquer ses "collaborations fructueuses" qui ont tout naturellement dessiner son oeuvre elles-aussi.
    En revanche, le choix du mot "poète" au sein de mon billet était loin d'être involontaire ou planté là, au hasard d'une phrase. En effet, la poésie peut parfois (rarement, il est vrai mais tout de même!) aller outre les mots et les phrases et créer un ressenti tel qu'elle sublime -ou transgresse- l'art inexorablement. Or, la façon qu'avait Bashung de déclamer ses textes, d'articuler, de s'impliquer dans la musique était à mes yeux de la poésie à l'état pur tout comme ce qui émanait de lui et de ses pensées lorsqu'il était interviewé.
    Je parles certes de choses bien abstraites mais la "poésie" de Bashung est du moins ce qui m'apparait comme une évidence lorsque je pense à son oeuvre et qui ne cesse de m'émouvoir.

    Posté par -Livy-, 22 mars 2009 à 17:38
  • réponse à un commentaire

    voir l'avis de sacha Reins dans le Point du 19 Mars:" Bashung chantait un rock poétique et acéré" Le dernier des grands!!

    Posté par J.C.R., 24 mars 2009 à 18:40
  • Je crois que la chanson francaise vient de perdre une des personnalités les plus interssantes qu'elle est connu depuis Gainsbourg.

    Sa disparition m'a beaucoup touché.

    Posté par John C., 24 mars 2009 à 19:10
  • J.C.R:
    Et un apport de références avec ça
    On en a beaucoup parlé déjà, il est clair qu'on se comprend!

    John C:
    Je suis très affectée moi aussi par cette disparition.
    Bien vue la comparaison avec Gainsbourg

    Posté par -Livy-, 24 mars 2009 à 23:31

Poster un commentaire