Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Livy Etoile
19 novembre 2008

About literature...

Livres

Mais que se passe t-il donc?
Aurais-je basculé du côté obscur?
Alors que je vis paisiblement ma vie de fille-qui-tient-un blog-pas-vraiment-beaucoup-lu, un second tag vient succéder au premier, me tombant à son tour dessus en l'espace d'à peine une semaine.
No commen't, j'en reste moi-même bouche bée.
Celui-ci me vient cette fois de
Paul le Baron qui, je cite, me tague "violemment et sans aucun scrupule" pour marquer l'occasion de l'anniversaire de mon blog.
Une occasion à vrai dire bonne à prendre puisqu'après la thématique musicale, on m'accorde le privilège d'un tag littéraire. C'est à croire qu'ils le font tous exprès pour je leur réponde malgré moi. Et pire encore! Ils réussissent.
Je me plie donc à cette coutume [pour un peu, je commencerais presque à y être habituée ^^] et m'en vais de ce pas fouiller ma bibliothèque, humer l'odeur des livres chinés, toucher ce papier fin que j'aime tant quand il me glisse sous les doigts et me perdre dans quelques pages afin d'y trouver de petites perles, susceptibles de figurer dans la suite de ce billet... ou pas.

.

I. Quel est le dernier livre que vous avez acheté *ET* terminé ? Verdict ?

Oups, douloureuse question que celle-ci. C'est que je n'achète guère de livres ces derniers temps, j'en emprunte plutôt (oui, je suis pingre et profiteuse), peu importe d'ailleurs qu'il s'agisse de farfouiller dans la bibliothèque des amis ou dans celles, d'avantage publiques, de la ville de Paris.
Accessoirement, je passe des heures à lire à la Fn*c aussi, assise dans un coin où l'on ne me dérangera pas et j'y retourne consencieusement presque tous les jours afin de poursuivre ma lecture en toute gratuité mais que celui qui ne l'a jamais fait me jette la première pierre.
Il faut préciser aussi qu'ayant envie de ne pas perdre une seconde, j'ai toujours une multitude de livres commencés en même temps, à thématiques fort diversifiées et que je reprends à ma guise selon mes envies et l'endroit où je me trouve (n'est pas multitâche qui veut, on admire l'effort de lire dans le métro et dans les correspondances, l'ipod greffé aux oreilles ^^).
Alors évidemment, cela fait bien une éternité que je n'ai pas mis mon argent dans un "bon" livre même si l'idée me taraude fortement ces dernières semaines.

.

Le_fait_du_Prince___Nothomb

Ceci dit, je me souviens très bien de mon dernier "achat" à proprement parler. Il s'agissait d'un livre de vacances en septembre dernier et pour ne rien vous cacher, c'était le dernier Amélie Nothomb, Le fait du prince.
On a tous en effet nos petites manies et puisque j'éprouve beaucoup de plaisir à lire les romans de la jeune femme, c'est une sorte de coutume chez moi que de me perdre une fois par an dans la lecture du tout nouveau bouquin d'Amélie.
Quant au Fait du prince en lui-même... Terminé en un temps record car il se lit excessivement vite, sur la plage qui plus est, et très bon passe-temps au demeurant avec, je ne me lasse pas de le préciser, une couverture des plus réussies. Un choix malin donc, pour une lecture de vacances.
Il en demeure une écriture agréable, une intrigue assez cocasse et bien trouvée quoiqu'un peu alambiquée, un peu "too much" parfois mais dont Nothomb se sort très bien en exploitant toutes les ficelles du sujet avec un style qui n'est pas sans rappeler ses précédents romans, ponctué notamment par quelques très bonnes répliques que je ne me suis pas privée de noter.
L'ensemble se lit, fluide et attrayant, gentiment loufoque, parfois un peu décalé, sans grande innovation certes mais avec toujours ce petit "quelque chose" qui est là, à nous tenir en haleine, dans un langage propre à l'auteur que ces détracteurs contestent tant mais que d'autres lui envient.
Les dernières lignes sont cependant un brin décevantes et même bien plus encore, nous laissant ainsi sur notre propre faim, comme abandonnés en plein milieu du chemin. En effet, si les quelques questions et réflexions soulevées tout au long de l'oeuvre de par son thème (l'usurpation d'identité) valent le détour et captivent parfois, nous entraînant alors dans une aventure palpitante l'espace d'un instant, tout retombe un peu trop vite à la fin, gâchant du même coup un plaisir évident... Il n'en reste alors pas grand chose sauf le souvenir d'avoir passé un bon moment. Un bon moment oui, mais peut mieux faire.
Je ne peux dire le contraire cependant, j'avouerai tout de même avoir eu une agréable surprise tant les critiques étaient mauvaises au sujet du roman et rien que pour la créativité qu'il dégage, je n'ai assurément pas envie de le juger trop sévèrement.
Il est distrayant et sympathique, agréable à lire, humoristique et bourré d'idées et autres petites trouvailles.
Mais après comparaison avec certains livres clés d'Amélie Nothomb (oserais-je citer Stupeur et tremblements, ouvrage qui m'a profondément marqué), mon avis reste mitigé, surtout quand on se doute de l'ampleur du talent qu'Amélie a à nous revendre....

.

II. Quel est le livre que vous êtes en train de lire ? Qu'en pensez-vous pour l'instant ? Quelle est la phrase qui se trouve à la ligne TREIZE de la page QUARANTE-DEUX (parce que c'est important, 42) ?

Je vais tâcher de procéder par ordre, parce que pour moi, c'est une question à poser au pluriel.

.

Les_fleurs_bleues___Queneau

Je suis d'une part en pleine relecture d'un livre de Raymond Queneau, Les fleurs bleues. Une énième relecture devrais-je dire quand sait l'amour que je voue à cet auteur et combien j'ai pu l'étudier durant mes études de Lettres, à commencer par l'épreuve littéraire du baccalauréat!
Mais c'est un fait. Une fois par an, je relis du Queneau et cette année, ô chance, j'ai pris mon ouvrage préféré en ligne de mire.
Evidemment alors, pas très facile de donner mon avis de la façon la plus objective possible après tout ce temps passé à l'étudier, si ce n'est un grand enthousiasme à le relire, un plaisir demeuré intact et la découverte sans cesse de nouveaux petits détails qui m'avaient échappés jusqu'alors sur la structure de l'oeuvre, le parallélisme des personnages, les situations similaires et j'en passe, le tout traité de façon pour le moins hallucinante.
Accessoirement, je relis mes notes de cours en même temps pour ne rien laisser passer et vous me croirez si vous voudrez mais c'est un vrai bonheur ^^
Ligne 13 page 42: "Un passant est venu se joindre à Cidrolin; ils regardent tous deux le camion se remplir."
Sorti du contexte... bof! Mais je n'en oublie pas ce point virgule qui vient se poster en plein milieu, magistral.

.

Le_magasin_des_suicides___Teul_

Je découvre d'autre part Le magasin des suicides de Jean Teulé mais de façon un peu saccadée puisque le livre ne m'appartient pas et que je me vois dans l'obligation de grappiller quelques lignes lors de mes passages (très fréquents) chez une amie qui me l'a conseillé.
Un peu compliqué de s'adonner à la lecture dans de telles conditions mais malgré cela, je suis déjà conquise par la découverte de ce petit livre dont il y a quelques mois encore, je n'avais pas entendu parler et que je trouve réellement savoureux.
Je me sens d'ailleurs tellement absorbée par ce style d'écriture et plus encore par le cynisme ambiant et l'humour noir qui se dégage de l'histoire que j'en chercherais presque à me procurer le livre par tous les moyens afin de le dévorer d'un trait et de pouvoir l'annoter dans tous les coins.
Oui parce que ce roman qui a priori n'a rien d'exceptionnel et dont le titre est plutôt énigmatique est en réalité un petit bijou à feuilleter de toute urgence car tout bonnement génial!
Actuel, plein d'humour et bien écrit, simple et torturé à la fois, gorgé de paradoxes et de faits incongrus, il s'immisce dans un sujet brûlant avec beaucoup d'habileté pour en tirer la quintessence et n'est pas à ce propos sans rappeler un certain Martin Page, l'un de mes auteurs favoris.
Rien que la lecture des première pages est fascinante, je sens s'accroître mon intérêt de ligne en ligne et je suis pour ainsi dire sure de lui réserver un billet ici-même un peu plus tard, quand je l'aurai ardemment lu et relu, dans des conditions optimales.
Il faut bien avouer que le parcourir de la sorte est légèrement frustrant, frustration renforcée par le fait que je ne le trouve pour l'instant nulle part en librairie (rupture de stock, hors de mon chemin) mais une commande prévue sur internet devrait améliorer mes petits tracas très prochainement...
Ligne 13 page 42: Je crois que ça ne va pas être possible, pas être possible  ^^

.

Le_langage

Parce que j'aime bien me rendre la vie impossible parfois aussi, je me suis également lancée tête la première dans un essai savant, Le langage de Louis Hjelmslev, livre que j'avais acheté il y a bien longtemps pour m'aider dans mes études de Lettres (toujours elles), jamais lu au demeurant et que j'ai retrouvé il y a quelques mois en déménageant ma bibliothèque.
Une découverte pour le moins inattendue mais fort captivante au final quand on prend la peine d'ouvrir son esprit, s'y plonger réellement et s'adonner ainsi à une lecture différente et toute nouvelle, bien loin de mes chers romans qui me suivent et me poursuivent sans cesse.
Ceci étant, la lecture en question est loin d'être limpide, la réflexion de rigueur et les prises de tête également, bien que l'ensemble, à très petite dose sinon t'exploses, présente un intérêt évident.

J'ai ainsi vu certains souvenirs de cours de linguistique remonter à la surface (Saussure pour ne citer que lui^^) tandis que d'autres faits énoncés m'étaient jusqu'à présent encore totalement inconnus.
Comme l'indique la quatrième de couv', l'oeuvre intègre grammaire historique et linguistique comparée de façon intelligente et concise et si certains passages sont d'une complexité sans limites, d'autres au contraires dévoilent de petits secrets de syntaxe propres à des langues bien spécifiques, arguments et exemples à l'appui.
J'en pense surtout que ce livre est en phase de devenir pour moi une mine de renseignements lorsque je me poserai certaines questions d'ordre grammatical ou syntaxique parce que s'il n'est pas très long, il est cependant fort bien renseigné, mais je ne compte pas le finir dans son intégralité là, maintenant, tout de suite car il se découvre à mon avis progressivement plutôt qu'il ne se dévore et à trop vouloir le parcourir, il risquerait fort de devenir indigeste.
Ligne 13 page 42: "La formule fonctionnelle établie ici est valable pour le début du mot devant une voyelle;
(encore un point virgule, j'ai une chance folle!)

.

Les_tribulations_d_une_caissi_re

J'achèverai le paragraphe en évoquant brièvement mon "compagnon de rue", comprenez un livre léger et facile, transportable dans un sac à main dernier cri, qui soit capable de me distraire dans les transports en commun comme dans les jardins publics, voire me faire rire aux éclats en pleine rue et dont je parvienne à suivre la trame où que je sois même dans l'endroit le plus bruyant du monde, pourvu que ça crie!
La chick lit est d'ailleurs fortement conseillé à ce sujet mais actuellement, c'est sur Les tribulations d'une caissière de Anna Sam que je me suis penchée. Il faut d'ailleurs savoir que le livre est sorti il y a peu (été 2008) et était à la base un blog à succès dont je vous mets le lien [ici], si vous souhaitez voir de quoi il retourne.
Et c'est un bonheur permanent que de se délecter entre deux stations de métro des malheurs tous plus anecdotiques les uns que les autres de cette caissière à l'humour féroce, tant elle décrit les choses de façon savoureuse et comique, non sans une certaine ironie d'ailleurs.
Rien à dire. Ce n'est pas de la grande littérature, la thématique n'a rien de magique, l'écriture est simple comme tout et pourtant... c'est juste délicieux.
Le livre touche presque à sa fin à force de le balader partout lors de mes allers-retours incessants à l'autre bout de Paris et je sens déjà que je vais regretter longtemps de l'avoir fini trop tôt!
Ligne 13 page 42: "Vous faites appel à un ami? (suivi d'un bon gros rire, il faut aussi avoir le sens de l'humour.)"

Au programme des prochaines relectures parce que les relectures, j'adore ça:
Le rouge et le noir de Stendhal, Salammbô de Flaubert, Bel-Ami de Maupassant et bien d'autres encore...

.

III. Choisissez l'un de vos livres favoris, quel est-il ? Pourquoi fait-il partie de vos favoris ? Quelle est la dernière phrase qui se trouve à la page 65 ?

Je décide de tricher encore puisqu'il m'est impossible de faire un choix entre mes deux livres favoris.

.

Le_petit_prince

Le petit prince de Saint-Exupéry est tout simplement magique. Il émane de lui une curieuse impression de sentiments mêlés et de vérités cachées laissant planer une ambiance délicieusement étrange et nostalgique, saupoudré d'un monde imaginaire qui captive sitôt qu'on y pénètre.
Porté par sa phrase-clé "L'essentiel est invisible pour les yeux", il nous propose d'adopter une nouvelle vision du monde, d'avoir un certain recul sur les choses de la vie et de se remettre en question pour enfin savoir apprécier et savourer le moindre instant de bonheur, pourvu qu'il soit simple.
A la fois conte merveilleux, pseudo-initiatique et philosophique, il demeure un livre-pilier, à lire aussi bien enfant, adolescent ou adulte avec une sensation des mots jamais tout à fait différente et jamais tout à fait la même.
Il se fait pluriel et laisse échapper une multitude d'émotions qui ne peuvent que toucher et captiver un lectorat souvent un peu trop blasé.
Mon pseudonyme "Etoile" vient d'ailleurs de cet ouvrage, où "le plus beau et le plus triste paysage du monde" était caractérisé par deux dunes en plein désert, une étoile au milieu...
Il s'en dégage une dualité de l'être et de la vie qui transforme l'existence en une aventure palpitante et complexe, peuplée d'épreuves et de souffrance, de questions à n'en plus finir également, mais où la moindre minute est évidemment à apprécier.
Les dessins qui illustrent l'ensemble, enfin, sont une sorte de cadeau-bonus voués à nous faire entrer pour de bon dans un monde rêvé et intemporel, qui sonne toujours juste de par son originalité et son inventivité.
Une bonne raison pour moi de faire de lui l'un de mes livres de chevet favoris.
Dernière phrase de la page 65: Il s'agit en fait d'une illustration de l'auteur, commentée par ses soins...
"Cette planète est toute sèche, et toute pointue et toute salée."

.

Les_fleurs_du_mal

Les Fleurs du Mal de Baudelaire constitue évidemment un recueil culte et incontournable pour quiconque apprécie un tant soit peu la poésie et par chance, j'en fais partie.
En 1857, lors de sa parution, Baudelaire défrayait en effet la chronique en offrant au public une vision moderne et controversée de la poésie, toute nouvelle encore,  s'accordant une liberté totale d'expression dans les sujets abordés comme les mots employés.
Il en ressort un ouvrage tout bonnement exceptionnel qui puise son intensité dans les profondeurs des émotions et impressions humaines, s'inspirant tour à tour d'angoisses et de tourments, de sentiments et ressentiments amoureux, de faits de la vie quotidienne et d'un réalisme latent, souvent douloureux, parfois représenté par de fascinantes métaphores.
Parmi les mots qui s'entrechoquent et les vers qui dévoilent leur incroyable beauté, on ne peut que ressentir poème après poème une montée en puissance dans la force de l'écriture, progressive parfois, soudaine à d'autres moments, et qui exprime de la façon la plus poétique et incroyable possible des sentiments et ressentis inavouables.
Ajouter à cela une sensibilité à fleur de peau, des émotions exacerbées, une écriture souvent sombre et torturée et un sens de l'esthétique fortement mis en valeur pour obtenir enfin un véritable chef-d'oeuvre, tout juste sublime, qui nous entraîne dans un autre siècle et un autre univers à mille lieue de ce que l'on connaît déjà, et qui ne demande qu'à être découvert une fois encore, dans un élan passionnel totalement incontrôlé.
Dernière phrase de la page 65: "La nuit s'épaississait ainsi qu'une cloison,
Et mes yeux dans le noir devinaient tes prunelles (...)"

.

IV. Quel est le dernier livre que vous avez lu et pas vraiment aimé ? Pourquoi ?

R_veries_du_promeneur_solitaire

Ce n'est assurément pas une surprise quand on me connaît ne serait-ce qu'un peu mais j'ai un mal fou à lire Jean-Jacques-Rousseau et ce n'est certainement pas une nouveauté puisque tout a commencé lorsque je l'ai découvert avec Les confessions qui étaient à l'époque au programme du bac français (en mode 1999).
La difficulté en question ne réside d'ailleurs pas tant dans le style d'écriture de l'auteur que dans ses idées auxquelles, malgré moi, je n'adhère pas.
Ceci étant, et parce que je suis têtue à un point que vous n'imaginez même pas, j'ai tout de même essayé de me plonger à plusieurs reprises dans quelques uns de ses ouvrages et de m'en imprégner afin d'essayer de mieux comprendre sa vision des choses et d'en tirer un sens concret.
Récemment encore, l'ouvrage Rêveries du promeneur solitaire a de nouveau attiré mon attention et ma curiosité, ce qui n'était pas arrivé depuis bien longtemps.
Pour la petite anecdote, j'ai étudié cette oeuvre il y a quelques années en licence, mais totalement hermétique une fois encore, ne l'avais jamais lu si ce n'est en diagonale, honte à moi!
Le titre de l'ouvrage étant pour le moins attrayant et surtout en totale adéquation avec ce que j'aime et ce qui me plaît en général, j'ai décidé en octobre dernier de m'y remettre de façon vraiment sérieuse et de l'aborder avec une philosophie différente et un peu plus de recul sans doute aussi. Mais en vain.
Une fois encore, je ne suis pas parvenue à rentrer dans le livre, faire corps avec lui et me passionner pour les mots écrits.
Certes, je préfère cet ouvrage à de nombreux autres de Rousseau, souvent plus virulents et qui m'ont toujours indisposé de par leurs propos.
Je lui accorde une certaine réflexion, un certain état d'esprit, et je peux également comprendre qu'on l'apprécie mais ne parviens pas pour ma part à m'y faire et à le lire dans son intégralité pour autant.
Il y a quelque chose chez Rousseau qui me bloque, sans doute parce qu'il se veut très moralisateur dans sa façon de penser, très "donneur de leçons" également et que cet aspect, dans la littérature comme dans la vie, m'a toujours été fortement déplaisant.
Un échec encore que cette tentative, mais au moins j'aurai essayé...

.

V. Quelles sont les 5 bloggeurs à qui vous passez le relais et pourquoi ?

- Musy parce que la littérature est son domaine de prédilection,
- Cissie parce que même si la thématique de son blog est à 200% musicale, je connais son amour pour les bons mots et suis sure qu'elle est capable de dénicher de très bons livres sur la musique,
- John C, parce qu'il n'a pas de blog et que c'est plus pratique qu'il me rende son rapport sur papier ou dans les commentaires, surtout qu'il adore lire, je le sais ^^,
- Nicolas, parce qu'il a un blog mais qu'il n'y va pour ainsi dire plus (et ça, c'est une très bonne raison pour le taguer),
- et enfin
Bliss parce que même si je ne la connais pas personnellement, je serais curieuse, par rapport au contenu de son blog et à ce qu'elle laisse transparaître de ses lectures, de connaître ses réponses à ce sujet...

.

Je suis en train de m'étonner toute seule.
Voilà comment transformer un simple tag en un véritable billet littéraire et c'est en m'arrêtant soudainement d'écrire que je m'aperçois enfin de l'étendu des détails fournis...
(Je l'avoue, j'ai écrit l'ensemble en une seule fois, bien concentrée sur mes idées et me suis à peine rendue compte des lignes qui défilaient!)
Peu importe finalement, d'autant plus que je voulais justement renseigner d'avantage la catégorie "Littérature" de mon blog d'ici quelques jours avec la création d'un tout nouveau billet mais que le thème en lui-même venait un peu à manquer.
C'est chose faite à présent, de façon totalement indépendante de ma volonté certes, mais je m'en réjouis malgré tout.
En revanche, vous risquez quant à vous de moins vous réjouir devant toute la lecture qui vous attend (j'aime vous torturer) et serez bien courageux si vous parvenez à bout de mon billet infini ^^

-Livy-

Publicité
Commentaires
K
je ne peut qu'être d'accord avec toi sur ce livre de Jean Teulé.<br /> Et j'avoue que ta façon de le lire me plait beaucoup,j'avais lu Hell de Lolita Pille de la même manière!!y'a quelque chose d'excitant de ne pas savoir quand on pourra lire la suite je trouve.
-
Et moi je dis merci ;)<br /> J'espère que tu as aimé le petit paragraphe à propos du roman de Teulé, vu qu'on en avait déjà parlé et qu'il semble, tout comme à moi, te tenir à coeur...<br /> Bon week end!
K
et bien que des beaux livres!<br /> "Les fleurs du mal" et "Le petit prince" comme livres préférés je dis Bravo!!
-
Mais une retraite normande est le moment idéal pour se plonger dans les livres (pour paresser aussi, j'avoue) et puis, tu ne pouvais pas me refuser ça hein ;)<br /> Eh oui, parce que c'est moi...<br /> <br /> Bon week end et profites bien!
C
Si je comprends bien, je vais devoir sortir de ma flemmingite aiguë et de ma retraite normande pour farfouiller dans les livres de ma bibliothèque et dans ceux de ma table de nuit pour répondre à ce tag...<br /> <br /> Bon, je vais le faire. Mais c'est bien parce que c'est toi !
Publicité
Livy Etoile
Archives
Publicité