Livy Etoile

~ Une pincée de rêve, un soupçon de bonheur ~

03 septembre 2008

Rock en Seine, 28 août 2008

Rock_en_Seine_2008

Le temps pour moi de rassembler mes quelques idées (passablement confuses) et je me lance dans un résumé pour le moins complet du festival Rock en Seine version 2008 qui a eu le privilège de marquer comme il se doit ma semaine précédente en deux petites journées de folie musicale, d'intensité, d'émotions et d'énergie mise à rude épreuve que je ne suis pas prête d'oublier!
En effet, dans un pêle-mêle d'artistes connus et de découvertes attachantes, je me suis littéralement perdue au sein de la foule, butinant d'un concert à un autre avec une motivation certaine et un zèle plus que louable, tant et si bien que la vilaine agoraphobie qui fait si souvent la paire avec moi n'a pas su cette fois me détourner du droit chemin ^^
Défi relevé donc, au contact de festivaliers conquis ou pas, zen, gentiment rock n' roll, hystériques, alcoolisés ou surexcités, et au détour de scènes aussi incroyables que variées, dans un cadre verdoyant qui avait transformé le joli parc de Saint-Cloud (domaine national de son état) en véritable foire-à-tout pour deux jours!
Au beau milieu de tout ça, moi.
Moi... et des milliers d'autres.
Avec de belles surprises à la clé, des temps forts inoubliables, quelques déceptions, de bons coups de fatigue aussi, des moments de danse, une folie évidente, de petites découvertes magiques, le stand Guitar Hero (incontournable!), un soupçon d'ennui, la voix cassée d'avoir trop fumé passivement chanté et de la nostalgie parce que je le vaux bien... le tout accompagné d'une météo favorable, je me devais de le signaler!
Une première expérience plus qu'appréciable bien qu'inégale dont je m'en vais vous compter à présent le récit détaillé, à commencer par la toute première journée.

.

Jeudi 28 août 2008

Pour expliquer un peu le contexte en quelques mots, un domaine géant classé monument historique de par sa végétation, trois scènes réparties sur une bonne partie de l'espace (scènes de l'industrie, de la grande cascade et surtout la grande scène, écrans géants et bon acoustique à l'appui), de multiples stands à thématiques variées (alimentation, buvettes, boutiques, sponsors, loisirs...), une expo photos signée Youri Lenquette placée sous le signe de la musique en général et du rock en particulier et moultes endroits de verdure un peu plus reculés pour s'étendre quelques instants et apprécier la musique loin du tumulte...

Et en vrai, l'aventure a commencé en plein milieu de l'après-midi (en manquant de peu Hot Chip, mon coup de coeur électro-pop du moment) avec une arrivée au parc, musicale bien évidemment, sur le rock-country plutôt sautillant et avenant du groupe Da Brasilians qui se produisaient alors sur la scène de l'industrie...
Une bonne mise en bouche, ni trop, ni trop peu, juste avant de pousser une reconnaissance sur le lieu de mes 48 heures à venir et de me préparer à accueillir l'un de mes duos coups de coeur de l'année sur la scène de la grande cascade: The Do.

The_Do_2

Je n'en garde pas cependant un souvenir impérissable car si j'ai trouvé plutôt bonne la prestation scénique d'Olivia et Dan parce que très fraîche, l'enchaînement des morceaux n'était pas exceptionnel pour autant et il m'a semblé que l'ensemble manquait un peu de tonus malgré les chansons de l'album revisitées pour l'occasion sur le mode rock.
Il faisait encore bien jour, je venais tout juste d'arriver sur place et sans doute ai-je eu un peu de mal à entrer dans l'ambiance "festival" avec des balades folk-rock certes très jolies et qui m'ont conquises depuis des mois déjà mais décidemment trop douces pour me dynamiser d'emblée...
Seuls les très connus On my shoulders et At last sont parvenus à me faire vibrer un tant soit peu mais vraiment pas assez pour adopter comme il se doit la rock n'roll attitude. Or, à cet instant précis, je voulais "quelque chose qui bouge" et n'étais assurément pas d'humeur pour la douceur et la mélancolie.
A revoir donc, mais dans un lieu plus adapté à leur jolie musique, intimiste et tamisé, pour un moment plaisant qui m'emporterait tout en balades... et loin de la foule des festivaliers de Rock en Seine!

.

Serj_Tankian

Du plus "hard" en revanche en allant ensuite flâner du côté de la grande scène et croisant alors une musique "métal" vraiment familière et un timbre de voix qui l'était encore d'avantage...
Rien d'étonnant cependant puisque Serj Tankian en personne, le talentueux, le brillant leader des System of a Down était venu en solo présenter ses morceaux et avait élu domicile sur scène pour un show à son image, puissant et révolté, dynamique et alternatif. Magnifique évidemment.
Un moment incroyable que j'ai apprécie à sa juste valeur, où l'empreinte du groupe s'est indéniablement faite sentir pour le plaisir de beaucoup d'entre nous, tout en comportant un apport personnel qui laissait transparaître une richesse supplémentaire dans la qualité de la musique.
Et toujours la voix de Serj, si spéciale et plus envoûtante que jamais, à raisonner dans une bonne partie du parc...
De quoi me donner envie de rempiler sur Toxicity et Mezmerize pour un bon moment, mes deux albums favoris made in System parce que soyons honnêtes, le métal ne m'a jamais vraiment déplu...

.

Dirty_Pretty_Things

Et puis sans transition, un retour rapide à la scène de la grande cascade où opéraient les Dirty Pretty Things pour me rappeler à mes premiers amours: le rock "so british", sorte de charme à l'anglaise qui perdure depuis nos amis les Beatles et qui ne cesse de faire effet, avec un flegme évident et un dynamisme tout à fait particulier, véritable paradoxe ambiant, très chic au demeurant. Ces compliments sont d'autant plus justifiés que le groupe, pour le peu que j'en ai vu, s'est avéré vraiment bon en live, assurant une performance appréciable sans être remarquable, dotée de morceaux bien dans la mouvance et qui restent en tête.
Une petite consolation pour moi que de voir sur scène le groupe d'un ex-Libertines après la déception du concert fantôme de Pete Doherty même si je n'en démords évidemment pas: Pete, malgré ses frasques, ses absences et autres colères intempestives, s'élève en matière de musique à un niveau bien supérieur encore.

.

C'est ensuite qu'est survenue une légère difficulté...  Kaiser Chiefs et Plain White T's se produisaient en même temps ou presque sur deux scènes différentes et il m'était vraiment impossible de choisir l'un de ces groupes plutôt que l'autre parce d'une part, ils se plaçaient tous deux parmi mes favoris du festival et que d'autre part, ce n'est pas un secret d'état, j'ai une sainte horreur de faire des choix!
Alors je n'ai certes pas le don d'ubiquité (et c'est bien dommage) mais j'avoue m'en être pour le coup plutôt bien sortie, effectuant un 50/50 habile et parvenant par la même occasion à assister à une bonne partie de chacun des deux concerts, suffisamment en tout cas pour me mettre dans l'ambiance plus que jamais et apprécier des prestations qui brillaient tant par leurs différences que par leur authenticité.

.

Kaiser_Chiefs

.

Kaiser_Chiefs_1

Tout a donc débuté avec Kaiser Chiefs sur la grande scène ou incontestablement le moment où mon festival est passé aux choses sérieuses dans une effervescence quasi-totale.
J'ai en effet pu assister à un concert de qualité, acoustique au poil et morceaux tous plus prenants les uns que les autres, où l'énergie foudroyante de nos petits anglais et leur envie de communier avec le public se sont vraiment faites sentir dans un show tout en mouvements.
Du rock et pour de vrai...
Et c'était un bonheur de voir le leader du groupe se déplacer d'un bout à l'autre de la scène et se démener avec passion, suivi de près par ses musiciens magiques, entraînant la foule avec lui dans ses mélodies rock, remuantes à souhait et toutes plus impertinentes les unes que les autres.
Quand les petites notes d'introduction de Ruby se sont soudainement élevées dans les airs, c'est toute la fosse qui s'est retrouvée à chanter et danser dans un délire commun et cette fosse-là n'avait rien d'effrayant, elle m'était juste profondément sympathique, je ne saurais dire pourquoi.
Je saurais juste dire que je me suis délectée de cet instant de bonheur, une expression béate sur le visage, et que le moment de lâcher le concert pour entamer ma folle course contre la montre et filer (en courant parmi les gens) à l'autre bout du parc rejoindre l'autre scène fut plus rude que je ne l'imaginais...

.

Plain_White_T_s.

Plain_white_t_s_2

Ma course n'a pas été vaine pour autant.
Changement d'ambiance de retour à la scène de l'industrie où les Plain White T's avaient déjà bien entamé leur prestation mais ne l'avaient pas achevé pour autant.
Me faufilant dans la fosse, j'ai obtenu une place de choix pour un concert qui ne manquait décidemment pas de mordant, j'allais le constater.
En effet, loin d'avoir seulement composés de belles balades à la Hey there Delilah et qui leur ont valu à tort une réputation de "chanteurs à minettes", les membres du groupe ont également su apporter à leur show une petite touche très dynamique, très pop rock, légèrement punk parfois mais sans excès, qui avait un charme fou.
Beaucoup de maturité finalement pour de très jeunes artistes qui n'ont cessé de me surprendre tout au long de leur concert.
Leur proximité avec le public, leur aisance sur scène, leur répertoire revisité ont été autant de points forts qui ont fait du groupe l'une de mes très bonnes surprises du festival car je m'attendais sincèrement à moins bien... et mon engouement pour eux qui dure depuis l'automne 2007 déjà n'en a été que plus justifié par cette performance live qui valait vraiment le détour.

.

Tricky

Après la vague d'énergie, les bonds, l'émotion et mes deux concerts chocs d'affilée, il était de bon ton de planer un peu et ça tombait plutôt bien puisqu'il y avait Tricky qui prenait la relève sur la scène de la cascade.
Tricky donc, ex-Massive-Attack nous a balancé un flot de trip hop lancinant à l'image du groupe bien connu et plus encore de sa carrière solo, aussi talentueuse que sa musique est énigmatique.
Dans un trip envoutant mêlant le hip hop/soul à l'électro, il a su amener douceur et légèreté sur un festival où la nuit commençait à tomber.
Et si j'ai commencé le concert dans la fosse en bougeant de façon à peine perceptible, yeux entrouverts, je l'ai fini étendu de tout mon long sur l'herbe, juste à écouter et me laisser bercer. Tranquillement.
Toujours aussi adepte du genre je dois dire; le trip hop est une musique de rêveurs et Tricky en est l'un des piliers...

.

.REM

Une petite pause plus tard et c'est devant REM que je me suis retrouvée, les grands écrans de la scène principale brillants dans le noir tandis que le groupe légendaire, tête d'affiche, entamait son show, attirant avec lui une bonne partie des festivaliers pour clore la soirée en beauté.
Cependant, mon avis au sujet du concert n'est que très limité puisque j'y suis restée un quart d'heure seulement, le temps de savourer quelques instants de ce rock made in 80's (je ne pouvais me permettre de manquer ça!) mais sans m'y attarder pour autant car si j'ai beaucoup apprécié le groupe quand j'étais plus jeune, je l'écoute avec d'avantage de modération maintenant.
A cela, j'ai préféré conclure ma soirée avec Wax Tailor, le DJ fou qui mêle le jazz au hip hop, le trip hop à la soul et qui se gorge d'influences multiples pour faire vivre sa musique dans un étrange clair-obscur.

.

.Wax_Tailor

Wax_Tailor_2

Une révélation ici encore qui a joliment marqué mon esprit, peut-être de façon purement subjective puisque les morceaux de Wax Tailor tournent en boucle sur mon ipod depuis le début de l'été et qu'il fait évidemment partie de mes coups de coeur musicaux de 2008...
Je ne pouvais qu'apprécier alors une performance live que j'attendais fortement et qui, loin de me décevoir, m'a projeté dans une ambiance illuminée, tantôt street, tantôt planante, mais toujours cohérente.
Le concert, porté d'une part par Jean-Christophe Le Saout et d'autre part par la voix de Charlotte Savary et le violon de Marina Quaisse s'est révélé parfait pour achever cette première journée de festival et a déchaîné un public de connaisseurs et autres puristes, non pas dans un esprit rock cette fois mais dans une transe qui s'apparentait d'avantage à un mouvement street/trip hop et qui s'écoutait autant qu'il se dansait.
Un moment magique qui a laissé transparaître quelques inédits pour quelques grammes de plaisir supplémentaires...

Fin de l'histoire,
Fin de la soirée,
Fin de la première journée,
Retour au bercail entourée par la masse des festivaliers
Et un sacré mal de pieds!

.

Il en demeure une première journée très riche car à bien y réfléchir, je l'ai beaucoup plus optimisée que la seconde au niveau du programme effectué et l'ambiance générale s'y prêtait d'avantage.
La foule, évidemment présente, n'était ni trop dense ni trop peu et laissait profiter agréablement du cadre et des concerts, sans se montrer oppressante pour autant.
Et si les festivaliers habitués de Rock en Seine ont trouvé ce jeudi un peu trop mou à leur goût pour être vraiment de taille à se mesurer aux festivals précédents, je n'ai pas eu ce ressenti, peut-être parce que j'étais toute novice encore au parc de Saint-Cloud ^^
J'ai au contraire eu l'impression de vivre pleinement ma journée, alternant des moments plus ou moins dynamiques, plus ou moins rock, et qui ont su laisser libre cours à mes pensées tout en m'entraînant dans de folles envolées musicales.
Quelques lenteurs par moments bien sur, mais comment y échapper?
Le plaisir de la découverte a sans doute eu raison de moi et plutôt conquise déjà, je rêvais au lendemain parce qu'en tête d'affiche, il devait y avoir Amy Winehouse...

-Livy-

--> Le Myspace de Hot Chip <--
--> Le Myspace de Da Brasilians <--
--> Le Myspace de The Do <--
--> Le Myspace de Serj Tankian <--
--> Le Myspace de Dirty Pretty Things< --
--> Le Myspace de Kaiser Chiefs <--
--> Le Myspace de Plain White T's <--
--> Le Myspace de Tricky <--
--> Le Myspace de REM <--
--> Le Myspace de Wax Tailor <--

Posté par livy_etoile à 08:00 - Trois petites notes de musique - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • Pour moi :
    Déception : The Do
    Bonne surprise : Kaiser Chiefs, Serj Tankian et Wax Taylor
    Pour tricky, j'avais déjà vu des video live et je savais à quoi m'attendre.

    Très bonne première journée. Du monde mais rien en comparaison du deuxieme jour (trop pour moi). Le son était correct sans etre trop fort.

    Vivement l'année prochaine.

    Posté par John C., 04 septembre 2008 à 01:09

Poster un commentaire