Livy Etoile

~ Une pincée de rêve, un soupçon de bonheur ~

06 juillet 2008

Le concert/spectacle de Mika au Parc des Princes (+ premières parties)

Mika___Life_in_cartoon_motion

A l'image de mon pseudo de bloggeuse, le concert de Mika m'a mis des étoiles plein les yeux au Parc des Princes le 4 juillet dernier et ses mélodies magiques restant depuis suspendues dans ma tête quelque part entre l'oreille droite et l'oreille gauche, je plane désormais tout là-haut, au beau milieu d'un univers multicolore.
[petite pause pour aller manger un marshmallow ^^]

.

Pourtant, la soirée tant attendue n'avait pas si bien commencée...
Une longue marche, totalement perdue entre la Porte d'Auteuil et la Porte de Saint Cloud agrémentée d'une file d'attente interminable devant le Parc des Princes et d'une fouille au corps qui a pris des heures m'a fait manquer le tout début de Yelle qui passait en première partie.
Et c'était un comble pour moi qui pour une fois, était à peu près à l'heure d'entendre de l'extérieur, impuissante, le concert commencer! Il faut dire cependant que la demoiselle et ses musiciens avaient débuté leur prestation un peu en avance.
[et qu'accessoirement, j'adore me trouver des excuses...]

.

Yelle

Rien de bien époustouflant cependant.
Une fois entrée dans le parc et bien confortablement installée dans ma tribune présidentielle, le son était beaucoup trop fort et rendait les chansons de Yelle quasiment inaudibles, à en faire souffrir mes protections auditives!
Je savais d'expérience que l'acoustique du Parc n'avait rien de génial et j'en avais déjà fortement souffert lors d'une venue précédente en 2003 pour le concert des Red Hot Chili Peppers avec les Pixies en première partie. Mais il m'a semblé que c'était pire cette fois et les morceaux s'enchaînant, je n'arrivais pas à m'y faire.
La prestation de Yelle, quant à elle, ne m'a pas transcendé sans pour autant me déplaire.
C'était un univers distrayant, ludique, très proche de ses clips (et par conséquent, une bonne entrée en matière) mais sa musique étant plutôt ciblée électro-dance, il me semble qu'elle aurait été d'avantage mise en valeur dans un contexte plus nocturne (et d'avantage confiné aussi); or, il faisait encore bien jour et c'était donc très difficile de se mettre dans l'ambiance...
En bref, Yelle, très sympathique au demeurant, a été desservie je pense par le fait de passer en toute première partie, qualité médiocre de son à l'appui et ambiance générale laissant à ce moment précis à désirer puisque les gens ne cessaient d'arriver et n'écoutaient donc pas beaucoup.
Moi-même, de ce fait, n'ai pas été vraiment convaincue mais contente tout de même d'avoir entendu Je veux te voir en live parce que, ne me demandez pas pourquoi, j'y tenais beaucoup ^^

.

Panic_at_the_Disco

Petite déception également du côté des Panic at the Disco, groupe qui m'attirait pourtant énormément à l'écoute de leurs nouveaux titres en radio et qui ont succédé à Yelle dans l'ordre des premières parties.
Je ne reviendrai pas sur le son, toujours aussi mauvais et sur le fait qu'il fasse jour, toujours aussi perturbant (oui, j'aime bien râler parfois) mais plutôt sur leur performance en elle-même dont j'attendais vraiment plus puisque depuis que je les ai redécouvert, j'ai toujours beaucoup apprécié la qualité de leur musique et l'évolution de leur groupe.
Cependant, si leurs morceaux restaient toujours aussi sympathiques à écouter et que j'en ai même fredonné quelques uns par moment (Nine in the afternoon surtout), j'ai été fort déçue par ce live qui était beaucoup trop plat, trop lisse pour être captivant.
Loin des mots élogieux qu'avait eu Pete Wentz (Fall Out Boy) à leur sujet, le groupe sur scène manquait sérieusement de charisme et par conséquent d'attrait, tant et si bien que les seules pensées qui me viennent à l'esprit en y repensant sont "pas mal oui, mais sans plus".
Et je me dis alors qu'ici encore, j'aimerais les voir dans un contexte tout autre et dans une petite salle qui leur conviendrait tellement mieux...

.

Dionysos

Le Parc a alors commencé à se mettre dans l'ambiance pour l'arrivée sur scène de Dionysos.
Accessoirement, c'est le moment qu'une amie en retard et égarée a trouvé idéal pour enfin nous rejoindre après s'être perdue  je ne sais comment du côté des Solidays, avec son sens de l'orientation certain ^^
[et ça, on risque d'en reparler longtemps...]
Je ne reviendrai pas ou peu sur la prestation de Dionysos en elle-même puisqu'elle était très proche de celle que j'avais vue au Casino de Paris en mars dernier pour leur concert bien à eux et dont je vous mets le lien ici.
Une prestation de presque une heure, époustouflante comme d'habitude d'énergie et de musicalité, avec une mise en scène similaire à ce que j'avais pu découvrir précédemment (propre à leur dernier album La mécanique du coeur) et des morceaux certes entendus maintes fois mais toujours aussi plaisants à réécouter au sein de cet univers mi-rock mi-Tim Burton, emprunt d'une délicieuse folie.
Naturellement, les membres de Dionysos ont bénéficié cette fois de l'ambiance surchauffée du Parc des Princes et ce cadeau bonus semblait plaire ardemment à Mathias Malzieu qui n'a pas dérogé aux bonnes habitudes et s'est encore vu sauter bondir dans le public plusieurs fois de suite, parcourant une bonne partie de la fosse tout en continuant à chanter, se posant quelques minutes puis replongeant de plus belle dans la foule qui se prenait au jeu, pour achever son concert en nage, sans cravate et la chemise en lambeaux... mais heureux!
Heureux, nous l'étions aussi car il n'y a pas à dire, mais on ne se lasse décidemment pas de Dionysos en live!
Une performance toute en excès mais hautement appréciable et qui arrivait à point nommé pour achever en beauté les premières parties du concert de Mika qui allait bientôt débuter...

.

Mika_live

Mika...
Où comment un simple concert a pu se transformer, à ma surprise la plus totale, en un véritable spectacle de son et lumières, artistique à souhait.
Juste avant son arrivée, le drapé noir qui depuis le début de la soirée avait pris possession de la scène s'est retiré doucement, laissant apparaître en guise de décor une structure immense en forme de clown aux couleurs de Life in cartoon motion, son premier et pour l'instant seul album.
Sur scène alors et dans une mise en scène en perpétuel mouvement, une multitude d'hallucinations se sont offertes à nos yeux.
En guise d'introduction, des acrobates, funambules, et autres contorsionnistes s'emparaient progressivement de l'espace pour se livrer à un vrai numéro de cirque tandis qu'un pierrot virevoltait dans les airs de part et d'autre de la structure décorative...
De la musique, des lumières, des ombres chinoises dans un vaste tourbillon festif. Un véritable spectacle dans le spectacle qui a bien duré cinq minutes avant que soudainement, les premières notes d'une petite chanson bien connue ne retentissent.  Et c'est alors sur l'exaltant Relax, take it easy que Mika est apparu, tout de noir et d'argenté vêtu.
Dés lors, la magie n'a plus cessé.
Les chansons tant aimées se succédaient dans une alternance bien pensée entre les tubes pop-acidulés et les balades douces tandis qu'une merveilleuse ambiance, très seventies, planait sur un Parc des Princes désormais illuminé.
Chaque nouveau morceau apportait avec lui son lot de surprises et de créativité et la mise en scène changeait tout autant que Mika de tenues de spectacle.
Il me serait difficile de tout préciser (bien que je le fasse déjà beaucoup) mais je retiens notamment ce dragon chinois arrivé d'on ne sait où et qui se tortillait gracieusement le long de la scène, la prestation des "big girls" sur la chanson du même nom ou encore une envolée de ballons, hauts, très hauts dans le ciel à l'image du clip de Happy ending...
Des faisceaux lumineux partant en tous sens dans l'enceinte du Parc et l'ambiance se renforçant, les moments forts sont restés à mes yeux liés aux chansons incontournables telles Love today, Grace Kelly ou encore Lollipop (ma préférée, habilement placée en rappels) parce que ce sont ces morceaux précisément qui ont fait en premier lieu la notoriété de l'artiste, tout en peaufinant un univers imaginaire particulièrement riche.
Ravie cependant d'avoir eu un léger aperçu plutôt sympathique du futur album à travers quelques nouveautés, même si la qualité du son (qui ne s'améliorait décidemment pas) et le bruit du public qui couvrait les paroles ne m'ont pas permis de pouvoir vraiment cerner ces nouvelles chansons.
Curieusement, j'ai été moins émue que prévue par les balades, pourtant très belles, que le premier album de Mika nous offrait. Il faut dire qu'il chantait (no) Happy ending avec un large sourire et que par conséquent, la bonne humeur me gagnait quand la mélancolie de rigueur s'évanouissait.
Par ailleurs, comme entraînée dans une fièvre festive incessante qui m'a poussé à chanter et danser sans trêve jusqu'à la toute fin du concert et même après, je me suis reposée pendant ces légers moments de calme pour savourer de plus belle la reprise de Just can't get enough de Depeche Mode ou encore ce "duel" de percussions, moment ludique et impressionnant entre notre homme et son (sa) batteur.
Je retiens enfin quelques morceaux en tête à tête entre Mika et son piano où il a su donner une intensité remarquable, dévoilant sa voix hors du commun et sa maîtrise de l'instrument. La version acoustique de Grace Kelly notamment, bien que présentant quelques petites imperfections, avait ce côté incroyablement envoûtant voué à en faire l'un des moments cultes du concert...
Concert qui s'est achevé après une heure et demie de pur bonheur comme il avait commencé, par le très accrocheur Relax, take it easy. Et la chanson, couverte par une pluie d'applaudissements, de n'en plus finir.

.

Alors oui décidemment, tout était orchestré à la perfection et j'avoue m'être totalement laissée prendre au jeu de cet univers parce que depuis que j'ai découvert Mika l'an passé, je n'ai cessé d'apprécier et l'artiste et sa musique et que son premier album réveille en moi une foule de bons souvenirs du cru 2007...
Pas habituée aux "concerts-spectacles" en général, la découverte fut donc heureuse même si je suis un peu néophyte sur le sujet.
A la fois enfantin et mystérieux, magique et coloré, le petit monde de  Mika m'a simplement ébloui, moi, la fille cynique qui aime s'habiller en noir et qui ne jure que par le désespoir ^^ (et c'est pour la rime, d'abord!)
Retomber en enfance un peu, passer du bon temps beaucoup.
Rêver en vrai.
Et puis juste sourire...
Le show possédait cette incroyable touche de bonne humeur, cette joie palpable, ce petit plus qui peut, l'espace d'un moment, permettre de s'évader pleinement et ainsi oublier tous les soucis.
Et rien que pour cela, je dis merci!

-Livy-

---> Le Myspace de Yelle <---
---> Le Myspace de Panic at the Disco <---
---> Le Myspace de Dionysos <---
---> Le Myspace de Mika <---

Posté par livy_etoile à 08:00 - Trois petites notes de musique - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • J'ai vu des images du spectacle sur Virgin Tv. En effet c'était un véritable show. Je pense que c'était un des concerts de l'année.

    Et pour dionysos, que dire à part encore. Je cois que la scène est vraiment leur environnement et qu'ils se shootent aux publics (surtout pour mathias).

    Posté par John C., 10 juillet 2008 à 20:00
  • Ah la la, qu'est-ce qu'il ne faut pas entendre!
    L'un des concerts de l'année et dire que tu ne voulais même pas y aller...
    [je cite: trop de filles, trop de couleurs ^^]

    Réjouis toi cependant, j'ai fait bon usage de ton billet et merci encore pour ce cadeau d'anniversaire hors du commun

    Dionysos, on peut toujours y retourner à l'automne, hein...
    Pour moi, ce ne sera jamais que la 3ème fois et comme on dit, jamais 2 sans 3! Et tant que Mathias slamme à côté de nous et non pas en plein dessus, tout ira bien ^^

    Posté par -Livy-, 11 juillet 2008 à 18:14

Poster un commentaire