Livy Etoile

~ Une pincée de rêve, un soupçon de bonheur ~

17 juin 2008

Ma semaine de concerts à Paris Bercy

La semaine dernière, sans compter les petites sorties de-ci delà, s'est avérée pour le moins chargée musicalement parlant puisque je me suis vue effectuer quelques aller-retours bien sentis jusqu'à Paris Bercy, le temps de passer deux moments exceptionnels décidemment très loin de la planète Terre mais dans un monde un peu irréel et surtout bien plus palpitant.
Un plaisir vous dis-je que de retrouver mon très cher palais omnisports, déserté par ma petite personne depuis plus d'un an déjà (Linkin Park + 30 seconds to Mars en mai 2007), pour deux soirées très différentes l'une de l'autre mais décidemment marquantes, à 48 heures d'intervalle.
Certes, je n'ai pas changé pour autant. Je préfère toujours aux foules déchaînées les petites salles tamisées (et ce n'est certainement pas l'Olympia où je me rends ce mercredi qui me fera changer d'avis ^^) mais la perspective de Radiohead et Manu Chao en live valait bien ces petits déplacements pour faire évoluer par la musique le cours du temps...

.

Radiohead_Rainbow

Radiohead le 10 juin 2008

Lorsque j'étais bien plus jeune, je rêvais secrètement de concerts et d'artistes sur scène mais trois groupes surtout me tenaient à coeur: Oasis, Muse et... Radiohead.
Ayant par le passé assisté aux performances live d'Oasis (Octobre 2005) et Muse (Décembre 2006), c'est non sans une certaine hystérie que j'ai pu constater, début 2008, que Radiohead effectuait une tournée en France avec, ô joie, plusieurs dates à Paris.
Il m'était alors impossible de manquer cet évènement et c'est finalement mardi dernier, après plusieurs mois d'attente bien trop longs, billets traînant dans un coin, que le rêve est devenu réalité...

Précédé par les quatre filles de Bat for Lashes (un groupe au talent indéniable que je me suis fait un plaisir de découvrir et d'apprécier, à mi-chemin entre pop, trip hop, aspirations plutôt mystiques et une curieuse ressemblance avec Björk mais en plus accessible), Radiohead s'est certes laissé un peu désiré mais l'attente en valait la peine puisqu'elle a permis d'installer sur la scène toute une structure suspendue qui devait, j'allais bientôt le découvrir, permettre pendant toute la durée du concert un jeu de lumière impressionnant et permanent.
Lors de l'arrivée des musiciens, l'ambiance au sein du public était déjà très particulière, très forte, dans un flot d'émotions mêlées, et n'a cessé de s'intensifier par la suite...
C'est que le show, sans vouloir aspirer à une quelconque prétention pourtant, avait ce petit quelque chose quasi-religieux, qui fait de certains groupes malgré eux, un mythe à part entière.
Les morceaux s'enchaînaient, agiles, comme bercés par la voix décidemment touchante de Thom Yorke, pleine de sensibilité et de justesse, alternant des chansons dynamiques et entraînantes et quelques balades magiques que Radiohead a toujours eu la faculté de créer.
Le concert en lui-même, renforcé par le jeu de lumières se reflétant dans tout Bercy et les écrans géants derrière les musiciens, était évidemment bon, gorgé aussi bien de moments hors du temps passés au piano solo dans un silence absolu que de purs instants de folie et d'un jeu de scène délirant de la part des différents membres du groupe.
Et c'est ainsi que les mots viennent à manquer pour décrire la soirée, l'ambiance qui y régnait, l'envie que Thom ne s'arrête jamais de chanter ni ses acolytes de jouer...
Au beau milieu de tout cela cependant, quelques petites choses m'ont sans doute un peu déçues. Je ne reviendrai pas sur le son du palais omnisports (évidemment pas le meilleur mais comment ne pas le savoir!) mais plutôt sur mon envie d'écouter un concert d'avantage "best of" que celui qui s'est donné car la setlist, bien qu'alternant les morceaux du nouvel album avec d'autres plus anciens, m'a prise au dépourvu, mettant nettement plus l'accent sur la nouveauté dans un choix musical totalement voulu par les artistes je suppose.
En effet, bien qu'adepte du dernier album, il y a, quand on rêve de voir un groupe sur scène depuis très longtemps, des attentes forcément plus grandes et j'aurais souhaité par-dessus tout entendre en live ma chanson culte Creep mais cela devait ne pas être à mon plus grand regret.
J'aurais bien aimé également revisiter un peu plus encore les morceaux de l'album OK Computer, à mes yeux le meilleur et c'est non sans une certaine jalousie que j'ai appris que ceux qui avaient assistés au concert du lundi soir avait eu droit aux magnifiques Exit Music for a Film et Paranoïd Androïd mais sans doute suis-je trop exigeante ^^
Fort heureusement, leurs nouvelles balades sont aussi merveilleuses que les anciennes et demeurent vraiment le domaine dans lequel ils excellent et se surpassent avec brio.
D'autant plus qu'amorçant les rappels, une petite chanson magique a pointé le bout de son nez et je me suis vue trembler légèrement de bonheur lorsque les notes d'introduction de Karma Police ont raisonnées dans toute la salle plongée dans une transe certaine...
Curieuse ambiance alors que celle-ci en cet instant précis, peuplée de joie et d'hystérie mais paradoxalement, toute en retenue et en subtilité.
Et puis l'envie de rester là, scotchée en plein Bercy, le coeur noué par des rêves, des pensées, des souvenirs, le tout dans un état d'esprit étrange, à la fois plein d'espoir et de nostalgie.
Il est des moments comme cela qui ne s'expliquent ni se décrivent, mais se vivent passionnément et c'est peut-être mieux ainsi.

--> Le Myspace de Radiohead <--

.

Manu_Chao_en_concert

Manu Chao le 12 juin 2008

Changement total de décor et d'ambiance le jeudi pour assister cette fois au concert de Manu Chao.
Manu Chao, il faut que je vous dise, c'est avant tout l'histoire des mes années "lycée" puis étudiantes, des bons souvenirs du bac (^^) et de l'été qui a suivi, de soirées bien arrosées à discuter entre amis jusqu'au bout de la nuit, de révisions de partiels laborieuses à fredonner l'air bien connu de Bongo Bong entre deux exercices, d'instants de bonheur passés dans un foyer universitaire...
Une histoire de plein de petits moments de vie, agréables à se remémorer.
Une histoire qui met de bonne humeur.
Une histoire personnelle sans doute.

Plongée dans mes souvenirs jusqu'au cou, gentiment mélancoliques, j'étais loin de m'imaginer cependant à quel point Manu Chao sur scène pouvait se révéler à son public dans le dynamisme le plus absolu. Je n'avais effectivement pas eu vent de ses performances live précédentes et à en croire des albums tels Clandestino ou encore ...Proxima estacion... Esperanza, je m'attendais à quelque chose de plutôt fluide et tranquille; à me voir perdue dans une douce rêverie et à fureter agréablement dans le passé du début à la fin du concert.
Eh bien que nenni! C'était sans compter la fougue évidente de l'ancien leader de la Mano Negra et de son groupe Radio Bemba, tous en grande forme et bien décidés à nous faire passer un moment de musicalité intense dont on se souviendrait longtemps.
Si le début du spectacle s'est montré plutôt rude pour moi (me poster dans la fosse au sein d'une foule ultra-compacte qui s'agglutinait tout autour créant une chaleur étouffante a eu le don de provoquer en moi de folles angoisses agoraphobes. Oui vraiment, j'aime pas les gens ^^), le reste (toujours dans la fosse mais plus loin et avec de l'air pour respirer et de la place pour bouger!) n'en a été que plus appréciable car totalement remise de mes émotions d'éternelle stressée de la vie, j'ai pu savourer pleinement l'instant présent, oublier tout ce qu'il y avait autour et redécouvrir ainsi mes morceaux préférés joués en boucle toute la soirée durant, l'aspect scénique en prime.
La notion de "concert best of" que j'évoquais un peu plus haut à propos de Radiohead était plus que jamais d'actualité pour ce concert puisque Manu Chao, grand seigneur, a revisité dans un ordre aléatoire tout son répertoire, nous offrant par moment les bonnes surprises de la nouveauté, les vieux morceaux tant aimés et connus par coeur ressortis de derrière les fagots et, bonus des bonus, quelques chansons de la Mano Negra créant de suite la liesse générale chez un public déjà enthousiaste.
C'était un vrai plaisir que de le voir tourbillonner sur scène, heureux, épanoui, au sein d'un rythme endiablé qui n'en finissait plus et qui a transformé Bercy le temps d'une soirée en une sorte de boîte de nuit au charme latino indéniable.
Sur les morceaux paisibles des différents albums, on criait à présent au dynamisme dans des minutes de délicieuse folie, dansant et sautant volontiers à l'écoute de la batterie, tapant des mains et trépignant au rythme d'une musique sans cesse renouvelée.
Et c'est ainsi que la soirée s'est écoulée, conviviale et surtout sans fin puisque, les rappels s'éternisant pour le plus grand plaisir d'une foule décidemment pas prête à quitter les lieux, Manu Chao s'est produit sur scène pendant presque 3 heures et demies, un véritable record si je repense à tous les concerts auxquels il m'ait été donné d'assister!
3 heures et demies de festivité intensives dans une ambiance mi-latine mi-reggae avec sur le devant de la scène un artiste tout en modestie, proche de son public, motivé et investi corps et âme par sa musique.
Un beau moment à garder en tête assurément, empli de joie de vivre, et comme une folle envie de réécouter les morceaux désormais transformés par le live qui plane depuis ces derniers jours...

--> Le Myspace de Manu Chao <--

-Livy-

Posté par livy_etoile à 08:00 - Trois petites notes de musique - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    Qeue de concert et en plus de qualité. Perso j'aime bien de temps en temps Radiohead, mais j'ai déjà du mal à écouté un album en entié sans déprimer alors un concert non.
    Par contre je pense que j'aurais bien aimé Manu Chao.

    Posté par John C., 22 juin 2008 à 20:19

Poster un commentaire