Livy Etoile

~ Une pincée de rêve, un soupçon de bonheur ~

29 avril 2008

Tu fais quoi ce week end? Je freeze!


Freeze in Paris - Frozen
envoyé par richardying

Lorsque le phénomène des Flashmob a débuté, je rêvais secrètement d'y participer, partant du principe que depuis toujours l'insolite guide ma vie, que le ridicule ne tue assurément pas et que la petite dose de sourire que je tente d'y apporter chaque jour ne pourrait que s'en trouver renforcée...

~ ~ ~

Pour les néophytes du sujet, les Flashmob ont tout d'abord été lancés aux Etats-Unis vers 2003 pour ensuite faire le tour de tous les continents, rencontrant un vif succès à la fois auprès des participants et de leurs témoins.
Il s'agit en fait d'une "mission" (préalablement préparée et organisée avec soin sur internet) qui s'effectue dans un espace public dégagé et amène une foule de gens assez importante à effectuer dans un timing des plus précis des actes a priori dénué de sens (bataille d'oreillers géante, mouvements de gym synchronisés, immobilisation générale sur le sol, prononciation d'onomatopées et chants en tout genre, lancer d'objets etc.) avant de tous se disperser, laissant derrière eux des gens ébahis.
Le tout se présentant à la fois comme un moyen de communication convivial et artistique, nouvelle forme originale de théâtralité, de contestation et d'occupation de l'espace urbain dans une sorte de rapprochement des gens qui ne se seraient probablement jamais rencontrés et créant par la même occasion des buzz à répétition.

~ ~ ~

Peut-être alors avais-je envie de ce côté "performance artistique" attrayant à souhait, additionné d'un grain de folie en place publique. De glisser un soupçon d'impromptu dans une journée banale et de tenter quelque chose d'inédit à mille lieues de mes sorties parisiennes habituelles.
Bref, une légère touche de fun dans un monde paisible modifiant ainsi le fil du temps ainsi que la perception de la "normalité" l'espace de quelques instants...
L'occasion ne s'étant pas présentée à l'époque pour moi et l'effet de mode s'estompant un brin avec les années, je n'y songeais presque plus. Et voici que par chance, le renouveau du phénomène a été marqué au cours de ces derniers mois par la nouvelle tendance "Freeze", c'est-à-dire une immobilisation de masse soudaine, qui s'est abattue d'abord à New York puis dans une gare de Londres et enfin sur notre belle capitale au Trocadéro, le 8 mars dernier.
Il aurait été plus que dommage alors de manquer une fois de plus l'évènement. Et c'est tout naturellement que j'ai remédié au problème le week end dernier, dans un élan de motivation évident ;)

~ ~ ~

Ce samedi 26 avril donc, ambiance printanière et soleil de plomb.
La météo favorable déride les parisiens et accentue une bonne humeur trop souvent oubliée.
Un attroupement en face d'un Starbuck en plein coeur de Paris donne l'impression d'une sorte de réunion improvisée.
Des tracts qui se promènent et circulent de main en main.
Un homme étrange en K.way rouge.
Des gens atypiques, souriants, déguisés, porteurs d'accessoires curieux
D'autres qui se fondent dans la masse... mais pas tant que ça.
Ajouter à cela quelques touristes, saltimbanques s'époumonant et autres promeneurs du dimanche (le samedi, il y en a aussi ^^) pour que le tableau soit complet.
Fous rires et brouhaha, dégustation de glaces, flâneries dans les boutiques...
Beaubourg en ligne de mire.
Une vue sommes toute dégagée pour une expérience de toute beauté.
Vous l'aurez compris, il s'agissait bien d'une nouvelle Freeze que la Frankette Team avait organisé via Facebook sur la place du centre Georges Pompidou à Beaubourg dans une ambiance sympathique et très festive.
Surprise des surprises et pas des moindres, la Freeze en question ne se contentait pas d'arrêter le temps quelques minutes, immobilisant les volontaires puis les libérant de leurs poses respectives, mais présentait également de fortes allures de Flashmob à l'ancienne puisqu'elle se présentait en quatre temps, une fois les participants arrivés sur place:

- 5 minutes pour se figer (et 5 minutes, l'air de rien, c'est long à tenir croyez-moi) dans des positions anodines ou beaucoup mieux, en faisant preuve d'un esprit surréaliste/dadaïste avéré.
- Une farandole humaine folle autour du pot géant devant Beaubourg durant laquelle les participants devaient chanter à tue-tête sur un air bien connu:
"Lundi matin, Magritte, Dali et le p'tit Klein..."
- Une chenille zig zag pour s'éclipser en saluant la foule bien évidemment.
- Un lieu de rendez-vous pour prendre un verre en "happy hour" où les flashmobbeurs ont eu l'occasion de se retrouver s'ils le désiraient.

De quoi provoquer l'hystérie euphorique chez moi, participant à un "tout en un" sans même l'avoir su à l'avance.

~ ~ ~

Roulement de tambour. Annonce du début de la Freeze. 17h30 pile.
Nous avons oeuvré tous ensemble pour un pur moment de partage, délire et projet artistique mêlés.
Peut-être sans nouveauté (projet déjà testé et approuvé) mais avec de la bonne volonté à revendre, de la convivialité comme s'il en pleuvait et de très bonnes idées de la part de certains.
Et alors?
Alors juste yippi! Je l'ai fait!
Pas de quoi se vanter, on était plus de mille dans le même cas... 
Mais l'attrait du concept ne peut que me donner l'envie de participer à nouveau à un évènement du genre aussi vite que possible et dans un état d'esprit plus abouti cette fois-ci parce que sans cesse s'améliorer relève du défi.

~ ~ ~

Mon surréalisme/dadaïsme quant à lui laissait passablement à désirer pour cette fois (lire un Werber à l'envers, c'est artistique ça?) mais j'ai tenu bon malgré tout, sans rire, tousser ni même glousser et pourtant ce n'est pas l'envie qui m'a manqué... Oui car bien sur, les passants non freezés ne nous ont pas loupés, tentant sans cesse de nous déconcentrer en nous parlant, nous titillant et à la longue, j'ai bien failli esquisser un sourire qui m'aurait été fatal.
J'avais pour l'occasion sorti de derrière les fagots mes lunettes noires (top fashion avec ma face de mouche ^^), délicate astuce me permettant ainsi de cligner des yeux et les orienter de toute part sans être vue afin d'observer avec délectation mes voisins de Freeze...
Et puis le temps s'est arrêté.
Cinq minutes sans bruit ou presque.
Les saltimbanques, magiciens et autres jongleurs ne parlaient plus ni n'animaient, comme s'ils avaient disparus.
Le bruit du vent se faisait perceptible et seuls les craquements de pas des caméramans couvrant l'évènement et cliquetis des photographes qui circulaient parmi les flashmobbeurs brisaient la glace.
De temps à autre, un fou rire échappé. Une parole étouffée. Un touriste surpris.
Chuchotements et commentaires.
Et puis plus rien.
Des personnes à perte de vue. De tout âge, de toute nationalité, de tout style.
Mais nul ne dit mot.
Comme un moment apocalyptique en plein Paris, à entendre une mouche voler, un vieux papier se hisser dans le ciel.
Et voir ainsi la ville, MA ville sous un angle totalement nouveau.
L'inattendu.

~ ~ ~

Long sifflement lancinant et soudain, un immense mouvement général, symbole du dégel, où tout le monde s'est mis à rire et applaudir.
Dois-je préciser que les rondes infernales qui ont suivi ne se sont pas passées exactement comme prévues. Si les premières effectuées sagement autour du pot paraissent très étudiées à l'image, c'est que vous n'y étiez assurément pas! Derrière, un peu moins subtils peut-être, nous nous sommes passablement lâchés, oubliant les paroles de la chanson, le sens de la marche et tout le reste mais tournoyant à l'infini sans aucune discipline, à piétiner du verre cassé à tout va, ce qui a fini par ressembler d'avantage à un pogo géant digne d'un concert de hardrock plutôt qu'à une jolie farandole artistique et ce, durant une éternité (il m'a semblé) dans une optique farouche d'autos tamponneuses humaines ^^
Enfin, la chenille finale nous a fait courir comme des p'tits fous nous éloignant doucement du centre de la place Beaubourg (je le dis et le répète, non! le ridicule ne tue pas), s'accrochant au premier inconnu de passage, courant, tournant, décrochant, repartant de plus belles dans les cris et gloussements, à se croire à la foire du Trône à côté d'un manège à sensations.
Un pur moment de grand n'importe quoi dans une allégresse partagée et avec des gens que je ne connaissais même pas.
Je crois bien que j'ai adoré ça.

~ ~ ~

Alors oui, je refreezerai.
A moi les Flashmob, Freeze et autres Free Hugs. Je tenterai le tout pour le tout pourvu que ce soit à Paris et très bientôt.
Dans une préparation digne d'un grand flashmobbeur, créant de l'impromptu avec du réfléchi, calculant une posture à haute dose d'originalité avec peut-être une once de provocation
"just for fun" et me délectant des touristes stupéfaits, je refreezerai parce que le concept me plaît.
Et parce que figée dans un grand bol de folie douce et d'audace, parmi tous ces gens inconnus et qui ne bougent même plus, je me plais plus que jamais à me laisser aller à des rêves d'évasion, juste là, dans un semblant d'immobilisation...

-Livy-
Je figure sur la vidéo
Oui mais où?...

BONUS
-->
Quelques photos de la Freeze <--
-->
Le billet du blog de Richard Ying sur la Freeze <--

Posté par livy_etoile à 08:00 - Tout le monde en parle - Permalien [#]